Critiques Séries : Westworld. Saison 3. Episode 2.

Critiques Séries : Westworld. Saison 3. Episode 2.

Westworld // Saison 3. Episode 2. The Winter Line.

 

Depuis l’annonce de son casting dans la saison 3 de Westworld, je dois avouer que j’attendais avec grande impatience Vincent Cassel. Ce dernier est un acteur qui me fascinera toujours, surtout dans des rôles comme celui qu’il incarne ici. Mais avant toute chose, cet épisode est surtout le grand retour de Maeve (incarnée par Thandie Newton). Au fil des saisons, cela a toujours été mon personnage préféré. La série continue donc de découper sa narration entre ses personnages. Après Dolores dans le premier épisode, c’est la suite des aventures de Maeve que l’on suit cette semaine et contrairement à l’épisode précédent, celui-ci nous rapproche un peu plus des décors habituels de la série.

 

On sait cependant depuis le début que dans Westworld tout est souvent une question d’apparence et que tout n’est donc pas nécessairement réel, ce qui permet d’apporter quelques twists supplémentaires et cet épisode ne lésine pas là dessus, sur les effets afin de nous prendre de cours et nous emmener où il veut sans que l’on ne s’en rende réellement compte. Maeve découvre qu’elle est dans le WarWorld, une autre partie du parc d’attraction où le but est de zigouiller du nazi. Avec d’ajouter un peu de piquant là dedans, et pour la sauver de la horde de nazis à ses trousses, elle va avoir besoin de l’aide de Hector (incarné par Rodrigo Santoro). Si ce dernier lui promet enfin la liberté, on va rapidement comprendre que tout n’est qu’apparence une fois de plus. Car Hector n’est pas réveillé et joue un jeu. Ce qu’il y a de fascinant dans cette partie de Westworld c’est la capacité de la série à jouer avec ses propres codes, tout en jouant avec ce qui s’est passé dans la saison 2 de façon intelligente. 

 

Mais les scénaristes ne sont pas dans la retenue. Ils nous font alors des révélations tout au long de l’épisode qui permettent de faire évoluer différemment l’histoire de Maeve et surtout de nous faire comprendre que tout n’est pas si simple qu’il n’y parait au départ. De plus, la série n’abuse pas du WarWorld en tant que tel et parvient donc à éviter de trop en faire sur le monde des nazis (ce que je trouve bien senti). Afin de ne pas lâcher le fil de l’épisode précédent, Bernard est lui aussi présent. Il revient lui aussi au parc (ce qui permet de créer une vraie fluidité et continuité dans le récit). Bernard semble donc enfin avoir des vrais projets pour la suite, ce qui me rassure quant à l’évolution de la saison.

 

Westworld continue de se reposer sur ses personnages et l’introduction de petits nouveaux permet là aussi de changer un peu la donne et d’éclaircir certaines zones, tout en créant de l’action omniprésente où l’on n’a jamais le temps de s’ennuyer.

 

Note : 9/10. En bref, Maeve a elle aussi des choses à nous dire et elle ne laissera pas le temps au téléspectateur de respirer. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article