Brews Brothers (Saison 1, 8 épisodes) : pipi, bière, popo

Brews Brothers (Saison 1, 8 épisodes) : pipi, bière, popo

Netflix dévoile de plus en plus de contenu et je dois avouer que Brews Brothers n’était pas du tout la série que j’attendais, en grande partie car elle est sortie sans promotion. Mais le grand admirateur et consommateur de bière que je suis ne pouvait pas passer à côté d’une comédie sur des frères qui brassent de la bière. C’est Greg Schaffer (That 70s Show) et Jeff Schaffer (The League, Curb Your Enthusiasm) qui se sont chargés de la création de ce produit pour le moins étrange. Je me demande comment Netflix a pu commencer Brews Brothers car rien n’est vraiment attachant. Les personnages sont tous plus ou moins irritants alors que dans le registre de la comédie ils devraient au moins être drôles. Alan Aisenberg (Orange is the New Black) et Mike Castle (#VanLife, Clipped) tentent de créer un duo intéressant sauf que rien ne va. A commencer par les personnages, jamais attachants, jamais vraiment drôles, qui s’accrochent à des situations qui n’ont pas grand intérêt. Pourtant, sur le papier, Brews Brothers avait du potentiel et c’est ce qui est le plus désolant car le produit n’a aucun charme. Plus les épisodes passaient et plus j’avais envie d’égorger des personnages et pas vraiment de les aimer comme dans It’s Always Sunny in Philadelphia. 

 

Deux frères que tout oppose - aussi bien leur technique de brassage que leur personnalité -, Wilhelm et Adam Rodman, s'associent pour monter une brasserie.

 

Car clairement on sent que Brews Brothers veut jouer sur la même ambiance que la série de FX. Mais elle échoue à recréer cette ambiance qui fait la force de Philadelphia. Il ne faut pas plus de trente secondes à Brews Brothers pour nous servir une blague sur un gode, ce qui peut rapidement devenir lourd et surtout ne pas engager le téléspectateur vers regarder la suite. Pour une série qui se repose donc beaucoup sur de l’humour grossier et des situations vues et revues, je pense que Brews Brothers a besoin de se regarder complètement bourré après un pack entier de bières. Les personnages secondaires sont tous assez ennuyeux et n’apportent jamais rien de neuf dans le récit. Le fait que les héros soient des gros cons (pour être poli) ne permet pas d’apprécier le résultat autant que l’on pourrait le souhaiter. Même quand la série tente les références populaires (dont une à Shark Tank) cela ne fonctionne pas car tout sonne faux et rien n’est hilarant. 

 

Pour une comédie de bière, là aussi c’est un échec cuisant. J’aurais aimé retrouver l’ambiance d’un bar où l’on se bourre la gueule avec de la bière, pas un truc qui n’a aucune vraie saveur. Que cela soit dans l’usine ou dans le bar, toutes les séquences manquent de surprises. Notamment quand toutes les blagues tournent autour de la pisse, des godes, de sexe, et de tout ce qui n’est pas spécialement très finaud en terme d’humour. Brews Brothers était une idée sympathique sur le papier qui met en valeur un business populaire (la bière) autour de personnages divers et variés mais qui se ressemblent tous plus ou moins, alors rien ne fonctionne. De plus, je pense qu’une telle comédie aurait dû être écrite par des jeunes, afin de délivrer quelque chose d’un peu plus « jeune ». 

 

Note : 2/10. En bref, Netflix continue de remplir son catalogue mais ici il va falloir oublier Brews Brothers au fond du catalogue. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

David 12/04/2020 14:21

Et ca tourne tellement autour du pipi/caca/fluides corporels... c'en est lourd!