Critiques Séries : Devils. Saison 1. Episodes 1 et 2 (Italie)

Critiques Séries : Devils. Saison 1. Episodes 1 et 2 (Italie)

Devils // Saison 1. Episodes 1 et 2. 

 

Le petit jeu de la finance a toujours été un milieu fascinant. Devils c’est la nouvelle co-production entre Sky Italia et OCS en France (après Le Nom de la Rose l’an dernier). Sur le papier il y a tous les ingrédients pour faire de cette série, post crise grecque, une réussite. Nous sommes alors en pleine crise européenne en 2011 et Devils s’inspire du roman de Guido Maria Brera, ancien trader, « I Diavoli ». Je ne connais pas le roman de cet ancien trader italien mais je dois avouer que tout ressemble à ce que je peux adorer. Le personnage le plus intéressant c’est le héros, Massimo Ruggiero, incarné par Alessandro Borghi (Suburra). Il parvient à faire plus ou moins ce que le scénario demande de lui, sauf que le scénario n’est pas toujours brillant. L’esthétique moderne de la série permet de nous plonger rapidement dans l’univers des banques d’affaires, et la dynamique entre Patrick Dempsey (Grey’s Anatomy) et Alessandro Borghi est plutôt bien incarnée. Cela permet de ne pas trop voir certaines faiblesses dans le premier épisode. C’est le second qui vient alors ralentir un peu trop le récit et surtout le rendre moins efficace. 

 

Massimo Ruggiero est un brillant trader de la NYL, une banque d'investissement américaine basée à Londres. Alors qu'il est en pole position pour devenir Vice CEO, Massimo voit le poste lui échapper au profit d'un autre. Se sentant délaissé par Dominic Morgan, son mentor, Massimo entreprend de le faire tomber avec l'aide de son équipe. Il se retrouve alors pris au milieu d'une guerre financière mettant en péril l'économie européenne.

 

Le fait est que le côté thriller n’est pas suffisamment présent pour soutenir le récit qui veut justement lorgner un peu plus de ce côté là que de la finance. Le premier épisode permet de présenter tous les protagonistes de la série même si certains ne sont pas suffisamment développés à mon goût. J’aurais apprécié que Massimo passe parfois un peu plus au second plan, et que sa relation avec la lanceuse d’alerte ne soit pas autant porté sur un jeu de séduction ridicule. Le scénario se tire donc des fois une balle dans le pied sans que l’on ne comprenne réellement pourquoi. Certes Devils se doit aussi de séduire un public assez large, mais elle tombe dans certaines facilités narratives qui cassent souvent le récit dans le second épisode. Le premier tient plutôt bien debout, jusqu’à ce que le second vienne complexifié les choses avec un suicide, sensé être le point de départ de l’histoire mais qui ne parvient pas à l’être suffisamment. C’est souvent flou et le scénario ne cherche pas à devenir plus fluide. Cela reste tout de même un produit qui me rend curieux, malgré ses défauts. Une saison 2 a déjà été commandée, donc pas de risques de ne pas avoir de suite si jamais la saison s’achève sur un cliffangher. 

 

Note : 5/10. En bref, une introduction en demi-teinte malgré un potentiel immense. A voir sur la longueur…

 

Envie de soutenir mon site Internet pendant cette période difficile ? Avec tout mon amour... 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article