Critiques Séries : Dispatches from Elsewhere. Saison 1. Episode 5.

Critiques Séries : Dispatches from Elsewhere. Saison 1. Episode 5.

Dispatches from Elsewhere // Saison 1. Episode 5. Clara.

 

En ce moment, j’ai l’impression que faire des épisodes sur des personnages différents est une mode. On peut le voir dans Dispatches from Elsewhere, mais c’est aussi quelque chose que je vois en ce moment dans Tales from the Loop et je dois avouer que c’est assez perturbant. Au delà de ça, Dispatches from Elsewhere nous offre donc un épisode sur Clara et une fois de plus la narration change et le point de vue permet de nous offrir quelque chose d’étonnant. Je me demande cependant ce que le jeu en lui-même vaut car ce sont les personnages qui font tout l’intérêt de la série pour le moment et pas vraiment le mystère que notre groupe de personnage cherche à résoudre. « Clara » n’est pas uniquement sur la fille disparue qui est au coeur de ce qui se passe actuellement. Mais maintenant, en plus d’en savoir beaucoup plus sur qui est Clara, on sait le pouvoir qu’elle a dans sa façon de changer la vie des gens, même de par son absence. 

 

On reprend l’histoire où on l’avait laissé la semaine dernière avec notre groupe de quatre qui se dirige vers ce qui semble être l’appartement abandonné de Clara, où les murs sont remplis d’informations sur ce qui l’a conduit à créer la Elsewhere Society (qui a débuté comme un groupe de jeunes personnes qui aiment l’art). L’histoire de Clara apporte de la couleur, encore et encore, dans un épisode inspiré et inspirant. On ressort de ce nouvel épisode avec l’envie de créer, de faire quelque chose de ses dix doigts et pas de rester au fond de son canapé. Dispatches from Elsewhere a souvent été une série depuis ses débuts qui aime faire réfléchir l’Homme sur sa condition et sa propre existence. On l’a vu notamment dans les épisodes sur Janice ou Fredwynn. D’ailleurs, cette dernière a aussi pas mal de choses à nous offrir dans de jolis moments bien fichus là aussi, tant dans le montage de l’épisode que dans l’écriture. 

 

Reste aussi André Benjamin, réellement introduit dans l’épisode précédent, notre Sherlock Holmes qui apporte toujours lui aussi un ton particulièrement intéressant à Dispatches from Elsewhere, et qui rend le mystère plus proche d’un roman de Agatha Christie que les autres. On apprend donc que Clara était une jeune femme coincée à Fishtown et qui a trouvé un moyen de s’évader avec trois jeunes personnages des alentours en transformant les murs d’un quartier grisâtre et morne en quelque chose d’artistique et coloré. Je me demande ce que la suite de la saison va nous offrir car Dispatches from Elsewhere donne souvent l’impression d’avoir raconté déjà tellement de choses que le mystère n’est pas ce qu’il y a de plus important et ce sont alors les éléments un peu plus secondaires que l’on prend plaisir à suivre, en lien avec les relations entre les personnages et le côté absurde par moment de l’ambiance de la série. 

 

Note : 8.5/10. En bref, encore une réussite pour Dispatches from Elsewhere. Je ne cesse d’être subjugué par un récit aussi fascinant auquel je ne m’attendais pas forcément. 

 

Envie de soutenir mon site Internet pendant cette période difficile ? Je mets en place un service de don si vous souhaitez aider ce site à survivre. Avec tout mon amour 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article