Critiques Séries : Gangs of London. Saison 1. Episode 5. 0-100 in 30 minutes.

Critiques Séries : Gangs of London. Saison 1. Episode 5. 0-100 in 30 minutes.

Gangs of London // Saison 1. Episode 5. 0-100 in 30 minutes.

 

Je pense que cet épisode m’a coupé l’appétit pour une journée. Le coup du vers de terre qui sort de l’abdomen, on me l’a jamais fait mais c’est sacrément dégueulasse. Mais cet épisode sort du cadre que la série a installé depuis ses débuts dans le but d’introduire de nouvelles histoires et surtout nous changer un peu de l’air de Londres avec la campagne. Et l’exploitation de la campagne est justement ce qui fait de cet épisode une réussite. Tout commence avec un flashback sur le passé de Darren. Rapidement, la série nous en révèle un peu plus là dessus et le résultat est celui de la fin de cet épisode. Sur certains points, Gangs of London nous délivre ici ce qui ressemble à un épisode indépendant du reste. Tout a un lien avec l’histoire que l’on connait mais tout est aussi éloigné des personnages que l’on suit dans les quatre premiers épisodes. 

 

Cet épisode s’installe petit à petit avec une première demi-heure qui installe les personnages et nous permet de nous délecter du spectacle sans en faire pour autant des tonnes. C’est là que l’on a donc Darren et Mal qui petit à petit installent là aussi d’autres personnages. Mais si Gangs of London fait tout ce travail c’est aussi pour justifier la fin. On sent que Gareth Evans ne veut pas nous offrir une série débile mais où les actions et les scènes gores sont justifiées intelligemment par l’histoire et le scénario. C’est une fois de plus ce qui se passe ici. 

 

Il y a dans cet épisodes des prouesses de mise en scène qui sont juste parmi les plus jouissives que j’ai vu depuis un moment et les plus jouissives de toute la série jusqu’à présent. Voire un corps se désintégrer à l’image au ralenti avec une grenade n’est qu’un exemple. La fusillade est pourtant simpliste mais la mise en scène rend le tout terriblement gore et jouissif. Entre les mouvements de caméra et tout ce qui explose, tout est brillant. Tout commence alors de façon simple pour nous offrir des rebondissements dans une scène de fusillade : la maison est blindée, il y a une sortie en sous sol, etc. C’est donc une séquence truffée de twists en tout genre qui font leur effet et qui permettent de renforcer aussi le fait que Gangs of London se moque complètement de ce que les gens peuvent penser. Le liet motiv de Gareth Evans semble donc être le plaisir que l’on peut prendre et en plus c’est très bien fait donc pourquoi ne pas apprécier le résultat à sa juste valeur. 

 

Clairement le meilleur épisode de Gangs of London jusqu’à présent. Un savoureux mélange de mise en scène et d’un scénario qui ne se moque pas de nous. Bien que le premier épisode et son côté Le Parrain était lui aussi parfait, je dois avouer que mon coeur balance…

 

Note : 10/10. En bref, rien que les vingt dernières minutes sont parfaites. Du début à la fin. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article