Critiques Séries : Into the Dark. Saison 2. Episode 7. Pooka Lives!

Critiques Séries : Into the Dark. Saison 2. Episode 7. Pooka Lives!

Into the Dark // Saison 2. Episode 7. Pooka 2 - Pooka Lives!. 

 

Je dois avouer qu’il y a un élément intéressant dans Into the Dark c’est la possibilité de faire des hypothétiques suites d’épisodes qui ont plu. « Pooka! », le troisième épisode de la première saison mettait en scène un acteur qui avait du mal à trouver des rôles et qui va se trouver un job où il devrait faire la peluche Pooka pour Noël. Sauf que petit à petit, il s’est développé deux personnalités : une pour lui, une pour Pooka. C’était tordu, pas forcément génial mais malgré tout inspiré. Pour son poisson d’avril, Into the Dark a décidé de muscler l’épisode et délivre alors ce que j’aurais clairement adoré voir dans le premier Pooka. Toute l’équipe du premier épisode a donc été virée et remplacée par Alejandro Brugués (Nightmare Cinema, Juan de Los muertos) à la mise en scène et Ryan Copple (Death Do us Part) au scénario. Le duo parvient à créer quelque chose d’intrigant et menaçant qui se dévoile petit à petit. On retrouve une construction de film d’horreur avec l’une des idées les plus intéressantes de la première saison de la série. 

 

Pooka Lives a tout de même ses défauts, notamment la sensation que j’ai eu à la fin de l’épisode d’imaginer qu’il n’était pas terminé (peut-être qu’un troisième volet verra le jour l’année prochaine). Mais au delà de choix narratifs parfois un peu incohérents et un twist final confus et prévisible à la fois, Pooka Lives fonctionne. Il n’y a pas besoin de réfléchir, simplement de passer un bon moment avec cette galerie de personnages qui ont du mal à être introduits dans le premier acte de l’épisode. Le film tente de faire deux choses avec une très réussie, l’autre beaucoup moins. 

 

Ce qui ne fonctionne pas c’est quand Pooka Lives tente d’être une critique de notre addiction aux réseaux sociaux et la viralité des contenus. J’aurais peut-être aimé que cela soit fait de façon plus soignée, notamment car des films d’horreur exploitent déjà ce filon de façon brillante (Unfriended notamment). Au delà de ça, je trouve que cela manque aussi un peu d’humour noir, surtout quand on parle d’un jouet pour enfants qui prend vie et devient un tueur de sang froid (un peu comme un Chuck, mais du pauvre ici). Cependant, ce qui fonctionne dans Pooka Lives c’est clairement la façon dont parfois il moque son existence. Je n’aurais jamais imaginé qu’il y ait une suite de Pooka mais le film s’amuse de tout ça, sans pour autant pousser suffisamment le tout à mon humble avis. 

 

Note : 6/10. En bref, Pooka Lives est tout de même une agréable surprise, surtout pour le premier « sequel » d’un épisode de Into the Dark. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article