Critiques Séries : Little Fires Everywhere. Saison 1. Episode 6.

Critiques Séries : Little Fires Everywhere. Saison 1. Episode 6.

Little Fires Everywhere // Saison 1. Episode 6. The Uncanny. 

 

Cette semaine, Little Fires Everywhere nous offre un épisode flashback qui nous permet de voir enfin la vérité sur Mia. Depuis le début, Little Fires Everywhere a tout fait pour montrer les différences entre Elena Richardson et Mia Warren. C’est un élément important dans la mécanique de la série et que celle-ci exploite une fois de plus ici. Car le flashback ce n’est pas que l’histoire de Mia, c’est aussi celle d’Elena. Cette dernière, elle était heureuse à l’idée de devenir journaliste jusqu’au moment où elle est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. Mia de son côté est dans une position différente. 

 

Tout l’épisode se concentre donc sur Elena et Mia durant le début des années 80, 15 ans environ avant qu’elles ne se rencontrent en somme. Les expériences de vie que les deux personnages ont eu sont différentes et pourtant, dans cet épisode, Elena et Mia ont plus ou moins le même problème alors qu’elles ont du mal à se faire à leurs réalités avant d’aller de l’avant vers la vie qu’elles ont aujourd’hui. En 1997. Les versions plus jeunes de Reese Witherspoon et Kerry Washington sont réussies. AnnaSophia Robb et Tiffany Boone n’ont pas la même alchimie à l’écran que leurs homologues plus âgées mais elles sont suffisamment convaincantes pour donner corps à la jeunesse de nos deux héroïnes. Surtout Robb qui est brillante dans sa façon de reproduire les manières de Witherspoon quand elle incarne Elena. 

 

Cet épisode fonctionne donc à la fois grâce aux actrices, mais aussi car il permet de nous révéler l’histoire qui se cache derrière le cliffangher de l’épisode précédent. La semaine dernière, Elena apprenait des parents de Mia que Pearl n’aurait jamais dû être leur petite fille. La série nous révèle enfin la place de Jesse Williams dans ses cauchemars mais également pourquoi Mia et Pearl vont de villes en villes depuis des années. Mais « The Uncanny » fait ses révélations en créant une sorte de parallèle entre la vie de Elena et Mia ce qui est plutôt réussi dans son ensemble. A l’époque, Mia doit partir à New York à l’école des arts visuels (ce qui n’est pas forcément ce dont ses parents rêvaient). Le seul membre de sa famille qui la soutient dans cette histoire c’est son frère, Warren. Et durant sa relation avec Pauline, Mia accepte d’être la mère porteuse pour un couple aisé appelé Joe et Madeline Ryan. Ils payent 12 000 dollars pour qu’elle continue ses cours et qu’elle accepte de porter leur bébé. Cette histoire est touchante car elle révèle le vrai secret de l’histoire de Mia. 

 

Note : 9/10. En bref, le passé est ici fascinant. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article