Critiques Séries : Little Fires Everywhere. Saison 1. Episode 8.

Critiques Séries : Little Fires Everywhere. Saison 1. Episode 8.

Little Fires Everywhere // Saison 1. Episode 8. Find a Way.

SEASON FINALE

 

Quel ascenseur ! Cette série restera probablement l’une des plus belles surprises de cette année pour plein de raisons dont j’ai déjà parlé mais cet épisode conclut à la perfection tout ce que j’attendais de Little Fires Everywhere. En une heure, la série a du temps et elle l’utilise alors intelligemment afin de faire de chacun des éléments qu’elle nous montre quelque chose d’important. Cette série commençait de façon assez légère au départ et puis tout d’un coup, la série a réussi à nous emmener petit à petit dans ses étages jusqu’au final explosif que j’attendais avec impatience. 

 

La série fait des choses intelligentes. Que cela soit la façon dont les Richardson se retrouvent face à leurs problèmes familiaux, l’évolution de Mia et Pearl après la confession de l’épisode précédent, la fin étonnante du procès et a quel point tout cela va nous conduire petit à petit vers l’issue de la saison. Ce qui est frappant dans ces trois intrigues c’est la place d’Elena. C’est à cause d’Elena que Mia a dû avouer à Pearl la vérité sur ses origines, que la famille Richardson est maintenant en train de partir en sucette et que le procès évolue de cette façon. Elle n’a pourtant pas été la grande amie de Linda, mais elle a soutenu Linda simplement pour se venger de Mia. Mais pourquoi cette vendetta ? Elena est un personnage que j’ai envie de décrire comme frustré. Depuis le début, elle est frustrée de ne pas avoir eu la vie dont elle a rêvé plus jeune (notamment une carrière de journaliste). C’est donc une histoire de jalousie à mes yeux que Little Fires Everywhere nous a déroulé et le tout a été fait de façon intelligente et soignée.

 

Quand elle se rend à la clinique où son amie Elizabeth travaille dans afin trouver des informations sur Bebe. Mais elle va alors violer la vie privée de plusieurs femmes quand elle fouille dans l’ordinateur d’Elizabeth, jusqu’au moment où elle découvre un fichier appelé « Pearl W. ». Il était logique de voir Elena expulser Mia, mais après lui avoir dit que c’est Lexie qui a avorté et pas Pearl. Cette confrontation est étonnante et surtout l’une des plus belles de cet épisode. Au delà du fait que c’est le face à face de deux actrices brillantes, c’est un moment fort où Mia et Elena critiquent leur façon d’être une mère pour leurs enfants. Sans pitié. 

 

Le procès de Linda et Bebe pour la garde de cet enfant n’est pas vraiment une façon pour Elena ou Mia d’être là pour une amie, mais de faire en sorte que leur propre culpabilité soit expiée. Mia cherche ici une façon de justifier pour sa conscience ce qu’elle a fait avec Pearl. Maintenant que Pearl connait la vérité (enfin, la version que Elena lui a donné), la peur de Mia de perdre sa fille est de nouveau présente. La façon dont Kerry Washington incarne cette histoire me fascine. La façon dont Pearl ne veut pas croire sa mère est vraiment quelque chose qui donne aussi à cet épisode une vraie émotion que Kerry Washington exacerbe de façon soignée, sans en faire des tonnes, rendant le tout d’autant plus réaliste et touchant. 

 

Ce n’est pas vraiment une surprise que le juge décide d’aller dans le sens des McCullough après le témoignage touchant de Linda. Bebe n’a jamais vraiment eu sa chance, tout du moins pas dans cette cour de justice des affaires familiales. Le fait que Bebe décide de reprendre elle même May Ling chez les McCullough et de s’enfuir avec sa fille est une sorte de réplique de ce qui s’est passé avec Mia. La façon dont Linda est au fond du trou à la fin de l’épisode est assez logique, car elle perd à nouveau un enfant. Sauf que l’on ne peut pas dire que Bebe mérite de finir sa vie sans voir son propre enfant non plus. La série ne donne pas vraiment son avis et laisse alors le téléspectateur se faire sa propre opinion. 

 

Cet épisode c’est aussi l’occasion pour Izzy de montrer à sa mère à quel point elle la déteste. Quand elle voit Pearl et Mia quitter leur logement, incapable de voir disparaître la seule figure maternelle qu’elle avait dans sa vie, alors elle décide de brûler les parties de sa vie qu’elle déteste. Reese Witherspoon et Megan Stott sont elles aussi parfaites dans la façon dont la confrontation est mise en scène par leur jeu à l’écran. Tout cela amène alors Izzy a abandonné sa famille, Lexie avouer pour l’avortement et une fois de plus tous demandant à Elena de ramener Izzy. Et c’est là que l’on est transporter dans la scène qui a ouvert la série. Plutôt que de dénoncer ses enfants, Elena décide de confesser elle-même l’incendie. C’est un élément important dans la narration de la saison qui me laisse avec l’envie de voir un peu plus Elena et même Mia. Pour le moment, Hulu n’a pas commandé de saison 2 de Little Fires Everywhere mais étant donné que la porte est ouverte à l’issue de cette première saison, je ne serais pas contre l’idée. 

 

Note : 10/10. En bref, fin parfaite pour série brillante. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Elisabeth 29/04/2020 14:40

Merci pour cette belle découverte !