Critiques Séries : Tales from the Loop. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Tales from the Loop. Saison 1. Pilot.

Tales from the Loop // Saison 1. Episode 1. Pilot.

 

Je crois que les créateurs ont en ce moment un goût très prononcé pour les entreprises étranges (Devs, Dispatches from Elsewhere), ce qui n’est pas fait pour me déplaire. La nouvelle série signée Amazon Prime Video est inspirée des peintures de l’artiste suédois Simon Stalenhag. Il en fallait de l’imagination pour développer des peintures en série télévisée mais Nathalie Halpern (Legion, The Killing) l’a fait et le moins que l’on puisse dire c’est que cette série est fascinante. Il se dégage de ce premier épisode énormément de poésie et la SF poétique manque clairement sur nos écrans. On retrouve visuellement quelque chose de très artistique, ce qui n’est pas étonnant compte tenu du matériel d’original mais aussi du créateur qui a travaillé sur Legion (l’une des séries les plus étonnantes visuellement). L’introduction de ce premier épisode m’a donné l’impression d’être dans un épisode de The Twilight Zone, mais rapidement le récit se dévoile et défend son propos de façon étonnante. C’est une vraie machine à rêves que l’on a sous nos yeux. 

 

Un petit village se trouve à proximité d'une machine nommée "The Loop" ("La Boucle"), dont la fonction est d'explorer les plus grands mystères de l'univers. Un récit fantastique, profond et poignant sur la condition humaine...

 

Au casting, nous avons tout de même des gens fabuleux : Jonathan Pryce (Game of Thrones, Pirates des Caraïbes) et Rebecca Hall (Un jour de pluie à New York, Parade’s End). Ces deux brillent du début à la fin de ce premier épisode dans des personnages qui semblent avoir été écrit sur mesure. Afin de nous plonger rapidement dans l’univers de Tales from the Loop, la série nous raconte alors l’histoire de plusieurs habitants de la petite ville (fictive) de Mercer. Certaines scènes sont plus visuelles que d’autres (notamment la destruction de cette maison dans la première partie de l’épisode) et apportent un cachet étonnant au visuel de la série. C’est dans ce genre de moments que Tales from the Loop donne l’impression qu’elle est tout droit sortie de l’un de nos rêves, que l’on n’est pas vraiment éveillé. Et pourtant, ce monde que l’on suit au travers des yeux d’une jeune fille est étonnant, magnifique et passionnant. Petit à petit, l’épisode prend soin d’introduire les enjeux et les personnages, sans oublier de nous faire rêver. Les mystères sont encore assez mystérieux et donnent envie de revenir voir ce que la suite compte bien nous dire. 

 

Note : 8/10. En bref, introduction réussie à une fable de SF plus poétique que je n’aurais pu l’imaginer. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article