Critiques Séries : The Plot Against America. Mini-series. Part 4.

Critiques Séries : The Plot Against America. Mini-series. Part 4.

The Plot Against America // Mini-series. Part 4.

 

Dans la continuité de ce que l’épisode précédent a pu faire, cette partie 4 poursuit le travail de longue haleine depuis l’élection de ce Président nazi. Dans cet épisode, les Levins vont se retrouver face à un dilemme. Sandy est devenu recruteur pour Jost Folks, le programme du Président Lindbergh, et quand le rabbin Lionel Bengelsdoft est invité à la Maison Blanche (pour un dîner d’Etat avec le ministre des affaires étrangères allemand Joachim von Ribbentrop), alors le dilemme se présente à la porte. Quand on voit l’Histoire des Etats-Unis et que des gens ont refusé de partir à la rencontre de Trump à la Maison Blanche, il y a un parallèle intéressant entre la vie actuelle du pays et celle dépeinte dans l’uchronie ici présente. 

 

Herman, qui a accepté tant bien que mal le fait que Sandy parte, rejette l’idée qu’il puisse aller à ce dîner, et n’est pas vraiment content de voir sa belle soeur y aller aussi. La façon dont toute cette histoire joue sur la durée de l’épisode est intéressante, notamment car The Plot Against America sait très bien nous attacher aux personnages et à leurs vies personnelles. Je trouve ça assez fascinant pour bien des raisons et je ne m’attendais pas du tout à ce que cela évolue dans cette direction. 

 

Dans cette mini-série (car je ne connais pas l’oeuvre de Philip Roth dont elle est adaptée), l’Amérique dépeinte ici ne devient pas fasciste de façon instantanée (ou en tout cas, pas tout de suite). Un peu comme ce qui s’est passé avec Hitler quand il a été élu. Et je me demande si le but n’est pas de faire un parallèle avec Trump et la façon dont ce dernier a petit à petit marché sur les institutions américaines à sa façon. Le dîner d’Etat est aussi un grand moment de l’épisode, notamment quand Lionel et Evelyn doivent faire face à un commentaire insultant de la part de Henry Ford, et où Evelyn danse avec Herr von Ribbentrop. La séquence est aussi fascinante et choquante qu’elle n’est importante dans la continuité du récit. Je ne sais pas du tout quoi attendre de la suite mais The Plot Against America n’a de cesse de me surprendre et de me fasciner. 

 

Note : 7.5/10. En bref, une nouvelle aventure étonnante pour The Plot Against America. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article