Critiques Séries : The Plot Against America. Mini-series. Part 5.

Critiques Séries : The Plot Against America. Mini-series. Part 5.

The Plot Against America // Mini-series. Episode 5. Part 5.

 

La croyance de Herman Levin en l’idée que Walter Winchell peut, en quelque sorte, réparer les choses est un élément assez fascinant qui donne aussi corps à The Plot Against America. Il y a aussi là dedans une sorte de comparaison qui peut être faite avec la politique aux Etats-Unis ces vingt dernières années et je suis sûr et certain que cette adaptation a clairement été faite dans le but de la comparer avec la politique actuelle sur le sol américain. Alors que le cinquième épisode de The Plot Against America commence, rapidement on nous plonge dans le coeur du problème. L’initiative du Président Lindbergh appelée « Homestead 42 » est tout ce qu’il y a de plus proche de l’histoire de l’Allemagne lors de la Seconde Guerre Mondiale. En effet, le but est de déménager tous les juifs américains de leurs voisinages urbains dans des petites communautés rurales un peu de partout dans le pays. En somme, les juifs ne pourraient pu habiter au milieu du reste des américains et doivent rester ensemble. Homestead 42 est une extrapolation plausible de la vision de Lindbergh et c’est clairement ce qu’il y a de plus terrifiant. Car même si The Plot Against America n’est pas de la même époque que la notre, ni même une réalité, cela peut encore se dérouler sur le sol de n’importe quel pays, notamment les Etats-Unis.

 

Les Levin, à cause des histoires de Tante Evelyn (et du mouvement « Just Folks »), il y a forcément des évolutions à attendre. Metropolitan Life a réassigné Herman à Danville, une petite ville de 6700 habitants que le Rabin Lionel Bengelsdorf décrit comme une région du pays autrefois inaccessible aux gens de la ville comme eux. Herman de son côté a d’autres idées. Il quitte MetLife afin de travailler avec son frère Monty. Il y a quelque chose de touchant là dedans, même si dans un sens cela ne permet pas forcément de faire grandement évoluer toute l’histoire. Une grande partie de cette Part 5 est une occasion pour les personnages de tenter de faire quelque chose, sans parvenir réellement à faire quoi que ce soit. La façon dont la série dépeint Homestead 42 est clairement fascinant et terrifiant. A la fois car c’est une occasion de démontrer à quel point c’est un danger, mais d’un autre côté que c’est présenté comme une publicité pour une nouvelle vie encore plus heureuse ailleurs dans le pays. Finalement, The Plot Against America continue de développer son histoire à un épisode de la fin. Pour autant, je trouve dommage que certains personnages ne soient pas mieux exploités, peut-être car le tout est trop centré sur Philip. 

 

Note : 7/10. En bref, on approche de la fin de la mini-série et je dois avouer que je me prends au jeu facilement. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article