Critique Ciné : The Postcard Killings (2020)

Critique Ciné : The Postcard Killings (2020)

The Postcard Killings // De Danis Tanovic. Avec Jeffrey Dean Morgan, Cush Jumbo et Joachim Krol.


Je suis très client des romans de James Patterson et The Postcard Killings, sans être un mauvais roman n'est pas forcément son meilleur. Disons que l'on a déjà pu lire bien mieux de l'auteur. Au delà de ça, il y avait pourtant matière à faire de The Postcard Killings un film sympathique et efficace. Malheureusement, c'est tout l'inverse qui se passe ici alors que l'on suit un récit convenu sans surprises où le scénario se repose sur le casting avant de se reposer sur cette histoire de meurtres à travers l'Europe. Adapté par Liza Marklund (co-écrivaine du roman) et Andres Stern (Disconneect, Droit au coeur), le film a bien du mal à ne pas ressembler à un direct to DVD pas franchement inspiré. On retrouve tous les poncifs du genre et des personnages caricaturaux alors que The Postcard Killings n'arrive pas à faire ce que David Fincher fait brillamment (Zodiac, Seven, etc.). Mais on sent malgré tout une envie frénétique de faire un film policier qui veut ressembler à quelque chose, de par cette ambiance froide que Danis Tanovic (oscarisé pour No Man's Land en 2001) cherche à créer. 

Un inspecteur de New York enquête sur une série de meurtres atroces touchant des couples européens. Le meurtrier envoie des cartes postales aléatoirement à des journalistes locaux, chacune annonçant le prochain crime.

Jeffrey Dean Morgan (The Walking Dead) et Cush Jumbo (The Good Fight) se retrouvent alors dans une aventure facile où tout tombe sous le sens rapidement et à aucun moment The Postcard Killings ne cherche à faire dans la subtilité. Le fait que le thriller ne soit pas inspiré ni inspirant est un problème car c'est en grande partie sur le récit de départ que le film se repose. On ne prend jamais le temps de s'attacher aux héros du récit alors que le film n'a de cesse de les transformer en clichés ambulants. Quand notre héros se retrouve à picoler dans sa chambre d'hôtel après la mort de sa fille, on sent tout de suite que l'on ne met pas les pieds dans le flm le plus inspiré du monde. The Postcard Killings suit tous les standards du thriller, sans parvenir à réellement créer d'ambiance originale. Danis Tanovic cherche probablement à se faire un nom chez les américains mais même sa mise en scène est trop clinique et se fond alors dans le décor des films les plus médiocres du genre dont le cinéma américain aime nous abreuver chaque année (Mr Brooks, La faille, etc.) mais en moins inspiré. Mais ce film s'ajoute à toutes ces adaptations médiocres des rôles de James Patterson (et on peut se souvenir de l'horreur que fût la série Zoo).

Note : 3/10. En bref, un petit Lexomyl cinématographique ça vous tente ?

Date de sortie : Prochainement en France en VOD.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article