Critiques Séries : Devils. Saison 1. Episodes 5 et 6.

Critiques Séries : Devils. Saison 1. Episodes 5 et 6.

Devils // Saison 1. Episodes 5 et 6. 

 

Il était temps que Devils nous plonge dans le vrai coeur de la crise que la série est sensée dépeindre. Dominic Morgan va notamment apprendre que quelqu’un s’amuse avec la dette américaine dans la salle des marchés et il se trouve que c’est Massimo Ruggero. Cependant, il y a quelque chose qui me dérange une fois de plus avec Devils et c’est le fait qu’elle a du mal à rendre son récit aussi fascinant qu’une salle des marchés devrait avoir. La série joue alors avec les années, passant du passé avec Massimo les cheveux longs au présent de la série avec Massimo les cheveux courts. On parle de dette européenne, de dette américaine, mais contrairement à énormément de fictions qui ont décidé de raconter l’histoire de la crise économique de 2007 (notamment The Big Short), alors on se retrouve ici face à un récit souvent long et pas toujours palpitant. 

 

Je m’attendais à ce que la série exploite un peu mieux ses personnages mais elle préfère leurs émotions. Si ce n’est pas forcément une mauvaise chose sur le papier, à l’écran rien n’est très original. J’ai comme l’impression que Devils nous sert une sorte de soupe pas toujours bien assaisonnée avec de bons ingrédients mais qui ne sont pas assemblés de la bonne façon. Prenons les histoires avec la femme de Massimo ou bien avec la femme de Dominic. Voilà deux personnages intéressants car elles ont aux côtés des hommes qui aiment le pouvoir et qui doivent plus ou moins faire comme leur mari leur dit. Et pour couronner le tout la série va transformer tout ça en une romance. Il fallait bien que la femme de Dominic finisse par coucher avec Massimo. Je ne suis pas spécialement fan de cette partie de ces épisodes car cela sort complètement le récit de son contexte de crise économique. La musique, la mise en scène au bord de la côte atlantique, etc. Tout est fait pour presque nous donner l’impression que c’est … ridicule. 

 

Mais l’erreur de cet épisode c’est probablement d’avoir voulu se concentrer sur le passé de Massimo et sa relation avec Dominic. Patrick Dempsey n’est pas très subtile dans son jeu et m’a plus énervé qu’autre chose. Son personnage a du mal à exister alors dès que le scénario veut lui donner de l’importance, alors je ne retrouve ici aucun intérêt. Devils se transforme en une histoire de coucheries sans grand intérêt, en espérant que la suite de la saison soit un peu plus palpitante que de voir Massimo coucher avec la femme de son « adversaire »…

 

Note : 3.5/10. En bref, Devils commence à devenir ennuyeuse et les coucheries commencent à devenir l’élément le plus risible de la série. 

Disponible sur OCS.

Le 15 avril 2020, Sky Italia a renouvelé Devils pour une saison 2. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article