Critiques Séries : Parks & Recreation. Saison 7. Episode 0. A Parks & Recreation Special.

Critiques Séries : Parks & Recreation. Saison 7. Episode 0. A Parks & Recreation Special.

Parks & Recreation // Saison 7. Episode 0. A Parks & Recreation Special.

 

Pour le plus grand plaisir des fans, NBC et Parks & Recreation ont décidé qu’il était temps de faire revenir la série pour un épisode un peu spécial puisque celui-ci a été entièrement tourné depuis la maison de chacun. Mais ce qui m’a le plus fasciné au delà du fait que tous les membres du casting ont accepté de revenir et je dois avouer que cette série m’avait terriblement manqué. Beaucoup de choses ont changé en cinq ans depuis que Leslie Knope nous a dit au revoir et je dois avouer que Parks & Recreation n’avait jamais été aussi nécessaire que maintenant pour les américains alors que l’on est dans l’Amérique de Donald Trump. Si cela aurait pu rapidement devenir un échec, cet épisode est tout ce que je pouvais attendre d’un retour de cette série avec tout l’humour de Michael Shur qui avait fait le succès de la série. 

 

La série s’amuse sur la quarantaine, Ron Swanson est « ID Blocked » en visio et tous les caméos possibles et imaginables sont là pour faire de cet épisode une satire politique toujours aussi réussie, tout en jouant sur la nostalgie que l’on peut avoir de chacun de ces personnages. L’épisode ne perd pas de temps à installer son histoire (qui pour le coup est logiquement introduite) pour justifier le fait que tout l’épisode se déroule au travers de l’écran de chacun. Mais si l’épisode ne perd pas de temps c’est aussi car il ne faut pas en perdre. On a seulement vingt minutes donc autant utiliser le temps que l’on a intelligemment. On retrouve cependant les basiques de Parks & Recreation ce qui permet de se prendre au jeu comme si la série ne nous avait jamais quitté. L’épisode a été écrit par l’équipe en or de Parks & Recreation : Michael Shur, Megan Amram, Joe Mande, David King, Jen Statsky, Matt Murray et Aisha Muharrar. C’est probablement le fait qu’il y ait autant de mains derrière cet épisode qui le rend aussi intéressant et efficace dans chacun de ses sketchs. 

 

Amy Poehler et Adam Scott partagent à nouveau cette alchimie qu’ils avaient à l’écran dans Parks & Recreation. Et tout cela de façon immédiate et c’est justement une belle réussite car une fois de plus on ne perd pas de temps et la série est là comme si elle ne nous avait jamais quitté. Cet épisode c’est une façon facile de faire de la télévision pour pas cher et je me demande si au fond ils ne devraient pas faire tout cela plus souvent. Et tout cela a un lien avec la distanciation sociale et le coronavirus. Notamment en reliant certains personnages directement à l’histoire : Ann Perkins s’occupe de patient dans le Michigan de façon volontaire. Elle et son mari Chris (incarné par Rob Lowe) se sont alors mis en quarantaine dans différents endroits de la maison. Tout cela permet de créer un ressort comique amusant. 

 

Un épisode de Parks & Recreation n’aurait pas pu être fait ici sans une séquence musicale lancée par Andy (incarné par Chris Pratt). « 5000 Candles in the Wind » était donc la petite charge émotionnelle dont Parks & Recreation avait besoin pour ce probablement dernier épisode de l’histoire de la série mais qui fait vraiment du bien à voir. C’est ce genre d’initiative qui permet de voir que l’on peut réinventer la façon de faire des séries quand on veut en faire pendant le confinement…

 

Note : 9/10. En bref, une nostalgie bien placée avec l’humour et l’émotion qu’il faut. Une belle réussite. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article