Critiques Séries : Snowpiercer. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Snowpiercer. Saison 1. Pilot.

 

Snowpiercer // Saison 1. Episode 1. First, the Weather Changed.


Le film de Bong Joon-Ho en 2013 avait fait sensation. En tout cas pour moi qui n'avait jamais lu les romans graphiques. La gestation de cette série a été assez chaotique depuis le départ alors qu'elle devait arrivée sur nos écrans plus tôt, trimbalée de TNT à TBS pour finalement se retrouver sur TNT à nouveau. Elle a mis cinq ans à arriver sur nos écrans, deux showrunners, deux chaînes, deux pilotes et il est venu temps de découvrir ce que la série peut nous offrir. C'est Graeme Manson (Cube, Orphan Black) qui s'est chargé de l'adaptation et il intègre forcément des éléments procéduraux à une série qui aurait très bien pu suivre un chemin légèrement différent. L'intérêt de base de Snowpiercer est la façon dont sont organisée les classes sociales et la lutte que les plus pauvres doivent mener afin de survivre et potentiellement prendre la place des plus aisés. 

 

Sept ans après que le monde soit devenu une vaste étendue glacée, les survivants ont trouvé refuge dans un train en perpétuel mouvement. Composé de 1001 wagons, l'engin fait le tour du globe à toute vitesse. A bord, la guerre des classes, l’injustice sociale et la politique interne sèment le trouble.

 

Il y a dans ce premier épisode une volonté de présenter l'univers de Snowpiercer sans trop en dire. Certains éléments que l'on apprend assez tôt dans le film arrivent tard dans ce premier épisode et d'autres ne sont pas encore révélés. Sauf qu'il y a énormément de choses dans l'univers de Snowpiercer et sincèrement, entre les personnages, les intrigues et le concept, parfois ce premier épisode échoue à faire quelque chose de réellement bon. Bien évidemment nous avons à bord du train André Layton (incarné par Daveed Diggs), ancien détective de la police de Chicago avant que la terre ne devienne un glaçon et ils ont besoin de son aide afin d'élucider des crimes. Voilà que Snowpiercer prend alors un chemin différent, plus proche de la série policière où le twist est celui du côté fantastique de la série. 

 

Jennifer Connelly de son côté, dans le rôle du personnage à la tête du Snowpiercer est une vraie déception. Elle est froide comme un glaçon et bien que cela soit intéressant sur certains aspects de son histoire, je trouve que cela n'a pas forcément de sens ou d'intérêt. Il manque à Snowpiercer quelque chose de réellement fort comme le film pour rendre le tout impressionnant. Il y a de jolies choses bien entendu, mais j'aurais aimé que le chemin soit un brin moins ennuyeux sur les bords car dans ce premier épisode tout ne fonctionne pas forcément et certaines scènes font trainer en longueur le tout en perdant un peu l'une des forces du récit de départ. Le mélange des genres est probablement l'une des raisons pour lesquelles Snowpiercer ne fonctionne pas totalement car le tout n'est pas fait de façon suffisamment fluide. 

 

Note : 5/10. En bref, une introduction qui a du plomb dans l'aile mais qui peut devenir intéressante. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article