Critiques Séries : The Luminaries. Mini-series. Episode 1.

Critiques Séries : The Luminaries. Mini-series. Episode 1.

The Luminaries // Mini-series. Episode 1. Fingerprint.


Quand on me dit qu'il y a une nouvelle série avec Eva Green dans les parages, je suis forcément prêt. Elle a toujours été la qualité première de bien des séries comme Camelot ou Penny Dreadful. Créée par Eleanor Catton (Emma.) cette mini-série nous plonge dans un univers intrigant qui devant la caméra de Claire McCarthy (Ophelia) prend une forme assez classique sur bien des plans et c'est peut-être justement le vrai reproche que j'ai envie de faire. Mais alors que je ne connais pas le roman de Eleanor Catton j'étais curieux de découvrir ce que cette adaptation pour BBC et TVNZ (la télévision néo-zélandaise) avait dans le ventre. Mais ce premier épisode a tout de même un défaut et c'est son ventre mou. L'histoire a beau avoir ses moments, elle a aussi un creux qui peut devenir légèrement problématique par moment. 

 

Entre Londres et la Nouvelle-Zélande, une histoire d'amour, de meurtre et de revanche vue par le prisme de deux amants.

 

On sent qu'il y a une volonté de créer quelque chose de fort mais le scénario a du mal à faire réellement décoller l'histoire au fil de ce premier épisode ce qui peut rendre le visionnage un brin superficiel par moment. Il y a donc un côté série ou téléfilm des années 80 qui peut devenir là aussi problématique. On retrouve ce que History avait pu faire quand elle a commencé à produire des séries où globalement si le fond était là, les qualités visuelles et narratives n'étaient pas forcément au rendez vous. Surtout que l'on est à l'âge d'or de la télévision et qu'il y a tellement de productions de qualité que The Luminaries n'est pas toujours ce que j'aurais voulu attendre de la part d'une production aussi importante que celle-ci. 


L'histoire de la ruée vers l'or apparait finalement plus intrigante que le reste de la série. La romance manque cruellement de profondeur et s'avère même ennuyeuse pendant que le reste fonctionne assez bien. Eva Green permet alors d'apporter un peu plus de qualité à ce premier épisode sans pour autant que cela soit une carte qui apparaît comme quelque chose qui peut sauver réellement les gens. L'époque est un moment fascinant de l'histoire alors que j'aurais justement apprécié que la série puisse faire les choses de façon légèrement différente, peut-être en prenant un peu plus en compte ce qui pouvait rendre le récit plus palpitant. J'aime l'idée de créer des mystères et une ambiance tout autour mais cela n'a pas l'aspect fascinant que cela devrait avoir et c'est bien le problème. Reste à voir si les cinq derniers épisodes seront à la hauteur de mes attentes.

 

Note : 4.5/10. En bref, une introduction rasoir qui donne l'impression de voir une mini-série des années 80. Eva  Green sauve par moment les meubles mais ne peut pas sauver tout le monde.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

mingh 19/05/2020 18:44

Le roman d'Eleanor Catton que j'ai lu est un véritable pavé...Très dense, une intrigue complexe, une multitude de personnages, une lecture pas si facile que çà ! Curieuse de voir comment la série s'en tire ...