Critiques Séries : Penny Dreadful: City of Angels. Saison 1. Episode 8.

Critiques Séries : Penny Dreadful: City of Angels. Saison 1. Episode 8.

Penny Dreadful: City of Angels // Saison 1. Episode 8. Hide and Seek.

 

Il ne reste que deux épisodes après celui-ci et je ne vois toujours pas vraiment où Penny Dreadful: City of Angels veut en venir. La série démarre un nouveau jeu de chat et de souris alors que le détective Tiago et Lewis vont mettre sur le dos d’un suspect, Diego Lopez, toute une série de meurtres. L’épisode précédent, s’achevait avec l’idée de changer un peu la direction de la saison. Etant donné que tous les scénaristes semblent travailler la série de la façon qu’ils souhaitent, le tout continu d’être légèrement décousu sans donner véritablement de sens à l’ensemble de l’histoire. Lewis et Tiago forment un joli duo, efficace mais jamais vraiment avec une direction qui pourrait donner un sens à toute cette aventure. Penny Dreadful: City of Angels se perd alors dans tous les sens et délivre finalement peu de bonnes surprises. Pourtant, ce sont eux qui sont plus ou moins les seuls personnages à créer un lien potentiel entre toutes les aventures dépeintes ici. 

 

Mais Penny Dreadful: City of Angels a plus d’un tour dans son sac, sortant des personnages de son chapeau et tentant à chaque épisode de donner une existence intéressante à chacun d’eux. Magda par exemple, la soeur sombre de Santa Muerte qui est au fond un personnage qui a énormément de potentiel mais que la série n’arrive pas à exploiter de façon suffisamment intelligente. C’est là que Tiago et Lewis entre une fois de plus en jeu afin de faire un lien pas franchement soigné narrativement avec le reste des personnages. C’est un peu tiré par les cheveux par moment, notamment avec Josefina et Sister Molly. Je me demande si le but était de construire une saison du début à la fin avec une vraie cohérence ou bien si c’était de faire comme chaque scénariste entend faire les choses. 

 

Pour autant, Penny Dreadful: City of Angels reste une série sympathique au fond car la galerie de personnages a un sacré potentiel et pourrait avec plus de travail narratif devenir quelque chose d’aussi sympathique que Penny Dreadful en son temps. Comme le secret de Peter Craft par exemple. La série nous révèle ici que son vrai nom c’est Peter Krupp, un nom qu’il essaye de cacher. C’est plus ou moins l’un des rares éléments à sauver de Penny Dreadful: City of Angels cette semaine. Dommage.

 

Note : 4.5/10. En bref, je suis encore déçu malgré la volonté de donner une direction finale à la saison. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article