Critiques Séries : The Good Fight. Saison 4. Episode 7 (season finale)

Critiques Séries : The Good Fight. Saison 4. Episode 7 (season finale)

The Good Fight // Saison 4. Episode 7. The Gang Discovers Who Killed Jeffrey Epstein.

SEASON FINALE

 

C’est déjà l’heure de dire au revoir cette année à The Good Fight. Déjà renouvelée pour une saison 5, les nouvelles aventures qui se profilaient dans la seconde partie de la saison me plaisaient mais il faudra attendre l’année prochaine. Pourtant, dans cette enquête menée sur Jeffrey Epstein, The Good Fight n’arrive pas à délivrer avec intelligence ce qu’elle veut dire. Ce n’était pas sensé être le dernier épisode de la saison donc je ne peux qu’être indulgent sur la façon dont celui-ci est géré mais comme le premier épisode de la saison, j’ai eu l’impression de voir une sorte de parodie qui veut utiliser la conspiration comme moyen satirique. Tout commence dans la cellule de Jeffrey Epstein et rapidement se transforme en une sorte de mystère saugrenu qui aurait pu sortir tout droit de la tête de Dan Brown. Mais avec un angle parodique qui ne fonctionne malheureusement pas et ce n’est pas la dernière image de l’épisode qui nous révèle ce qu’est BUD qui va me faire changer d’avis. Je me demande vraiment comment les scénaristes ont pu faire un tel épisode alors qu’il partait d’une si bonne idée. 

 

BUD au départ c’est pour tout le monde l’un des avocats virés par Epstein puis quelqu’un qui pourrait être impliqué dans son meurtre puis quelqu’un qu’il cherchait à protéger. On part dans tous les sens dans une fiction pas toujours inspirée. Pour autant, The Good Fight parvient à faire des choses intéressantes sur bien des éléments et c’est justement là que c’est dommage car je m’attendais à ce qu’ils fassent quelque chose de plus intéressant, intriguant sans tomber dans certains poncifs pas franchement reluisants. Les personnages sont présents ce qui aide à créer une sorte de synergie entre les histoires mais ce n’est pas suffisant pour faire du coeur même de l’épisode quelque chose de réellement palpitant. On retrouve aussi les intrigues sur le Memo 618, la place de John Larroquette dans toutes ces histoires et Diane au milieu de tout ça, piégée à son insu. Diane délivre d’ailleurs un monologue intéressant sur le Memo 618 et la façon dont il permet aux riches et puissants de s’en sortir facilement quand ils sont au coeur de problèmes avec la justice. 

 

Ajoutez à cela le recyclage d’une histoire que l’on a déjà vu dans The Good Fight ou The Good Wife : la place du cabinet et les gens qui en ont la possession. Afin d’éviter de virer des gens, notre trio Adrian, Diane et Liz veulent racheter leurs parts auprès de STR Laurie et redevenir indépendants. Ce n’est pas la première fois que la série utilise l’idée que les trois veulent sauver les emplois. On avait déjà eu droit à cette intrigue dans une saison précédente mais tout cela est bien plus intéressant que les histoires de Jeffrey Epstein qui viennent ramollir un épisode qui avait tant à raconter de mieux ailleurs.

 

Note : 5/10. En bref, je reste modéré mais je suis déçu. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article