Critiques Séries : Trackers. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Trackers. Saison 1. Pilot.

Trackers // Saison 1. Episode 1. Pilot.

 

Cinemax ne nous avait pas offert de série musclée depuis quelques mois (depuis Gangs of London) et avec Trackers, il y a tous les ingrédients pour une aventure réussie. Avec l’adaptation de son propre roman du même nom, Deon Meyer (Transito, Hunting Emma) veut alors nous plonger dans les bas fonds de Cape Town avec tous les éléments narratifs qui font généralement le succès de ce genre de séries. La série ne perd pas de temps à introduire ce qu’elle va nous raconter tout au long de la saison. La série mêle trois arcs narratifs différents dans différentes parties de Cape Town avec l’espoir que le tout soit à un moment rassemblé pour ne faire qu’un (c’est en tout cas ce que je suppose). Dans la banlieue nord de Cap Town, Milla veut démarrer une nouvelle vie alors qu’elle cherche à fuir un mari violent, son fils et une vie faite de luxure. Le personnage a des choses à raconter mais je dois avouer que le récit manque encore trop de consistance pour rendre suffisamment curieux. Trackers semble nous trimbaler ici et là en rythmant le tout de quelques scènes d’action pas aussi inspirées que j’aurais aimé qu’elles puissent l’être. Cinemax a fait son nom sur des séries d’action ambitieuse et ici choisi un champ assez classique et facile. 

 

A Cape Town en Afrique du Sud, la série suit différentes histoires de crime organisé, contrebande de diamants, Black Rhinos, CIA et terrorisme. 

 

D’un autre côté, nous avons une histoire de trafic de contrebande où l’on rencontre Ismail, là pour les espionner et les enregistrer. Si son plan échoue, la série peut enfin délivrer sa première scène d’action intéressante. Je regrette juste que cela manque encore un peu de consistance là aussi car tout est bref et donne l’impression que c’est uniquement là pour satisfaire un téléspectateur qui veut tout trop rapidement. Trackers aurait dû prendre plus de temps et rendre curieux plutôt que de nous balancer tout un tas d’éléments en pleine figure. Cela ne veut pas dire que la série n’a pas de potentiel, juste qu’elle a du mal à coordonner les choses qui plus est dans un univers visuel qui n’est pas le plus inspiré de tous. Makebe, l’agent du renseignement, est un personnage qui pourrait être un protagoniste important mais la façon dont celui-ci est introduit est bourrée de clichés en tous genres. 

 

Pour couronner le tout, nous avons un agent d’Al Qaïda dans toutes ces histoires. Elles sont probablement là pour s’entremêler les unes avec les autres mais tout est tellement éparpillé dans tous les sens que j’ai du mal à voir où Trackers veut nous emmener. La série a des idées mais elle ne sait pas toujours comment les mettre en oeuvre et c’est dommage. J’espère que la suite de la saison sera un peu moins clichée et plus intrigante. 

 

Note : 4.5/10. En bref, une introduction qui part dans tous les sens mais qui a tout de même des qualités suffisantes pour donner envie de rester un peu voir comment cela évolue. 

Prochainement en France.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article