Critique Ciné : Black Water: Abyss (2020)

Critique Ciné : Black Water: Abyss (2020)

Black Water: Abyss // De Andrew Traucki. Avec Jessica McNamee, Luke Mitchell et Amali Golden.

 

Il y a 13 ans, Black Water (de David Nerlich et Andrew Traucki) nous plongeait dans les marécages du nord de l’Australie. Avec Black Water: Abyss, Andrew Traucki seul prend le pari de nous plonger dans des grottes isolées où un ennemi rode. Si l’idée de s’inspirer d’autres films du genre n’était pas forcément une mauvaise chose, le résultat est sacrément mauvais. On s’ennuie rapidement sous l’eau et le danger, pourtant intéressant, ne provoque pas les frissons que j’étais venu rechercher. J’ai largement préféré dans le genre film avec des crocodiles tueurs ce que Alexandra Aja avait fait l’an dernier dans Crawl. Ce n’était pas brillant mais cela avait le mérite de provoquer des frissons chez le spectateur. Les personnages sont tous plus crétins les uns que les autres et incarnés par des gens qui n’ont de cesse de surjouer chaque moment. C’est donc d’autant plus difficile de créer une tension quand tous les acteurs jouent les crétins sous l’eau. 

 

Un groupe d'amis explore des grottes isolées au plus profond des forêts du nord de l'Australie lorsqu'une tempête tropicale éclate. Les eaux montent et les emprisonnent sous la surface. Bientôt, des crocodiles tueurs émergent de l'obscurité...

 

D’un film comme Black Water: Abyss je m’attendais à ce qu’il y ait du sang et du crocodile tueur prêt à tout. Sauf que de ce côté là, le film est très radin (probablement à cause de son budget). Cela manque de séquences fortes et marquantes alors que l’on se retrouve avec des scènes vues et revues dans ce genre de films. Il n’y a donc jamais vraiment de tension à attendre car cela en devient même plus que prévisible. L’ouverture du film permettait déjà de comprendre ce que l’on vient voir quand on regarde Black Water: Abyss. Car cette introduction n’est pas vraiment très originale et reprend une fois de plus ce que le genre horrifique fait depuis des années : on tue des gens au début pour soi-disant créer le danger plutôt que de faire monter la pression petit à petit. Et l’autre gros problème de Black Water: Abyss c’est sa fin. Il n’y a rien de palpitant dans le film, si ce n’est deux godiches qui parviennent à s’en sortir. Je m’attendais à une surprise à la Piranha ou Dents de la Mer mais non, rien de tout ça. Tout est ridicule et finit par devenir ennuyeux. 

 

Note : 1/10. En bref, Black Water: Abyss n’a rien à offrir. Même pas un peu de gore.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article