Critique Ciné : Project Power (2020, Netflix)

Critique Ciné : Project Power (2020, Netflix)

Project Power // De Henry Joost et Ariel Schulman. Avec Jamie Foxx, Joseph Gordon-Levitt et Dominique Fishback.

 

On sent que Netflix s’empare de projets cinématographiques dans le but de trouver des franchises à développer… comme des séries. Project Power est la dernière tentative du genre et sincèrement je m’attendais à mieux que ce gloubiboulga pas toujours digeste. Henry Joost (Paranormal Activity 3) et Ariel Schulman (Nerve) nous plongent dans un monde qui aurait pu avoir la sympathie de Limitless où l’idée de prendre une drogue pourrait décupler certaines facultés. Mais il n’en est rien de très plaisant alors que l’on s’ennuie plus que le film n’a de choses à nous proposer. Le mélange de Limitless, X-Men et Bright aurait pu donner quelque chose mais on a plus l’impression que tous ces ingrédients sont uniquement là pour dire de mettre des ingrédients pour jouer avec l’algorithme de Netflix. Le fait est que Project Power ressemble donc à un pot pourri d’intrigues où l’on met tout en même temps et on voit ce qui peut fonctionner. Chaque personnage est alors amené à se rencontrer mais les destins n’ont rien de vraiment intéressants. Notamment Robin, notre jeune fille sensée être le lien entre tous les personnages qui n’a rien de véritablement touchant ou attachant à nous délivrer. 

 

Qu'êtes-vous prêt à risquer pour cinq minutes de pouvoirs extraordinaires ?

Dans les rues de La Nouvelle-Orléans, la rumeur commence à circuler à propos d'une pilule mystérieuse qui libère des super-pouvoirs différents selon chaque personne. Le problème ? Impossible de savoir ce qui va se passer avant de l'avaler. Si certains se voient armés d'une peau à l'épreuve des balles, deviennent invisibles ou reçoivent une force surhumaine, d'autres subissent une réaction mortelle. Mais lorsque la pilule fait dangereusement exploser le crime en ville, un flic  s'associe avec une jeune dealeuse et un ancien soldat motivé par une vengeance secrète pour combattre le pouvoir par le pouvoir, espérant que la pilule leur permettra de traquer et d'arrêter ceux qui l'ont inventée.

 

Afin de donner au téléspectateur en partie ce qu’il est venu chercher, Project Power veut forcément nous offrir des scènes d’action. Mais là aussi ce n’est pas véritablement ce que j’attendais. Si le panache est là, visuellement le film n’a rien de très innovant à nous proposer. Comme les propositions des deux réalisateurs depuis leur documentaire Catfish en 2010. Rien n’est transcendant ici car rien n’est mémorable. Project Power s’apparente plus à un film à consommer sans en attendre quoi que ce soit en retour. Et dans un sens cela aurait pu m’aller mais avec deux heures dans les pattes, je dois avouer que j’ai trouvé le temps plus que long. J’avais de bons espoirs envers Project Power car il y a Jamie Foxx et Joseph Gordon-Levitt mais malgré toute la bonne volonté que les deux acteurs mettent dans leurs rôles, ils ne parviennent jamais à réellement nous offrir ce que l’on a envie d’attendre d’eux. Je me demande si Netflix a vraiment envie de produire du contenu de qualité parfois ou simplement des films là pour remplir des cases manquantes dans leur catalogue. Moi je pense la question elle est vite répondue…

 

Note : 3.5/10. En bref, un pot pourri mélangeant énormément d’éléments qui fonctionnent ailleurs mais pas ensemble ici. 

Disponible sur Netflix depuis le 14 août 2020

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article