Critique Ciné : T'as pécho ? (2020)

Critique Ciné : T'as pécho ? (2020)

T’as pécho ? // De Adeline Picault. Avec Paul Kircher, Inès d’Assemption et Ramzy Bedia.

 

Avec T’as pécho, on sent la volonté d’Adeline Picault de refaire le succès de Les Beaux Gosses en ajoutant un brin de Sex Education comme le suggérait la promotion du film. Sauf que voilà, T’as pécho ne va jamais au front et se retrouve alors à faire la chique molle qui n’ose rien de véritablement impertinent. On ne s’attache pas vraiment à Arthur ou Ouassima, les « héros » de cette aventure car les personnages sont tous plus superficiels les uns que les autres. On faut alors chercher du côté des adultes pour trouver un peu de profondeur dans ce récit ras les pâquerettes. Notamment la mère d’Arthur, touchant portrait d’une mère célibataire qui a du mal à joindre les deux bouts ou le père de Ouassima qui sur-protège sa fille quitte par moment à l’étouffer. Mais ces deux portraits de parents sont réalistes et bourrés de tendresse. Pendant ce temps, les gosses m’ont ennuyés car T’as pécho n’arrive pas à se pencher intelligemment sur les premiers émois adolescents. On passe par tous les poncifs sans chercher à les discréditer mais simplement en en rajoutant une couche.

 

Arthur, 15 ans, a un coup de foudre pour Ouassima, qui ne le regarde même pas… Alors que lui n’a jamais pécho, elle sort avec Matt, le beau gosse du collège. Pour s’approcher d’elle, Arthur rassemble une bande de losers célibataires et lui propose de leur donner des cours de péchotage, à 10 euros la leçon. Dans les vestiaires de la piscine, débute alors un long apprentissage intime et collectif sur « les filles et l’amour : mode d’emploi ».

 

Le casting adolescent est probablement pour quelque chose aussi dans le raté de T’as pécho. Notamment car ils n’arrivent pas la plupart à apporter une vraie nuance laissant alors penser que l’on est devant un feuilleton sur TF1 plus qu’au cinéma. Le modèle de T’as pécho était Les beaux gosses et cela se ressent du début à la fin mais il n’en a jamais la trempe. On retrouve alors tous les clichés des ados, du sexe et de comment « pécho » qui sont usés jusqu’à l’os par le genre du teen movie. Si T’as pécho avait tenté un angle plus subversif, alors je pense que l’on aurait eu une comédie, loin de cette innocence mal placée de nos jours car mine de rien, les ados de 15 ans savent très bien comment tout cela fonctionne. Tous débutants, j’ai envie d’être indulgent avec les jeunes acteurs qui pourraient presque en devenir attachants mais je suis déçu, T’as pécho ne m’a pas emballé comme j’aurais souhaité qu’il me pécho. 

 

Note : 3.5/10. En bref, superficiel et pas assez brut, T’as pécho n’a pas réussi à me pécho. 

Date de sortie : 29 juillet 2020

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article