Critique Ciné : The Rental (2020)

Critique Ciné : The Rental (2020)

The Rental // De Dave Franco. Avec Dan Stevens, Alison Brie et Sheila Vand.

 

Dave Franco s’est dit que faire son propre film d’horreur était une bonne idée et je dois avouer que l’idée de départ de The Rental est bonne. Pour autant, son slasher indépendant n’est pas vraiment le slasher dont on a envie de rêver. On retrouve alors les sempiternelles histoires sacrément ennuyeuses qui rythment actuellement beaucoup de productions Blumhouse. Les mêmes codes sont employés ici, à mon grand regret. Le film cherche dans un premier temps à créer une ambiance mystérieuse autour de l’homme à tout faire qui leur laisse les clés puis des conflits au sein même des deux couples où le but clair est de les monter les uns contre les autres. Le problème c’est que The Rental parvient très bien à introduire ses personnages mais échoue lamentablement à créer les frissons attendus dans la seconde partie. En plus de créer des tensions de couple, le film ajoute des différences de race et de classe, rendant le récit d’autant plus intelligent d’un côté qu’il en devient sacrément con quand il tente de devenir ce qu’il n’aurait jamais dû être : un slasher. Car le film échoue de A à Z à créer de vrais enjeux dans la seconde partie et des frissons. 

 

Deux couples louent une sublime maison face à l’océan pour un week-end de fête. Les quatre amis comprennent très vite que derrière la beauté de l’endroit, un danger les guette : une présence mystérieuse semble les espionner et révèle des secrets inavouables sur chacun d’eux. La tension monte et le week-end de rêve va virer au cauchemar absolu…

 

The Rental ajoute à tout cela l’idée que tout le monde est surveillé par des caméras (ce qui est réellement le cas). Mais la paranoïa que le film peut créer est justement là où il était intéressant, pas pour ce Voldemort d’un rayon hard discount qui veut tuer tout le monde pour son propre plaisir. Les secrets des personnages sont alors plus intéressants pour créer des problèmes et donc un intérêt narratif que tout ce que The Rental tente de mettre en oeuvre autour pour nous donner l’impression d’être justement devant un slasher. On se retrouve alors un peu comme avec You Should Have Left sorti en juin dernier en VOD aux Etats-Unis : un réserve un Airbnb et c’est finalement tout ce que l’on redoute quand on a envie de passer des vacances dans un endroit légèrement reclus. Si tout les ingrédients étaient pourtant là, The Rental a préféré se concentrer sur ceux qui ne valaient pas la peine et finit donc par tomber sur un os et l’impossibilité de délivrer une conclusion satisfaisante. L’horreur aurait pu être plus psychologique sur la destruction de deux couples et d’un groupe d’amis.

 

Note : 4/10. En bref, The Rental échoue à être un slasher là où il aurait été plus intéressant en se concentrant en huis clos sur les secrets de chacun de ses personnages.

Date de sortie : 19 août 2020

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article