The Fugitive (Saison 1, 14 épisodes) : il court il court le furet...

The Fugitive (Saison 1, 14 épisodes) : il court il court le furet...

Cette nouvelle mouture du Fugitif n’était clairement pas nécessaire. Si vous avez envie de voir The Fugitive, restez sur le film avec Harrison Ford et Tommy Lee Jones (1993). Pourtant, l’idée n’est pas forcément mauvaise en ajoutant par dessus cette histoire une aventure d’attaque terroriste. C’est un terrain de jeu que Kiefer Sutherland connait bien pour avoir incarné pendant neuf ans Jack Bauer dans 24. Le plus gros problème de The Fugitive c’est son rythme découpé en épisodes de moins de dix minutes. C’est un problème récurrent que je retrouve dans toutes les séries de Quibi. Cette façon qu’ils ont de découpé un film en petits épisodes (en « bites » comme ils les appellent) ne fonctionne pas vraiment. The Fugitive ressemble alors plus à un épisode long d’une série procédurale de network (comme FBI) donc déjà il y a un problème. Malgré toute l’ambition mise dans la série, The Fugitive est bien moins intéressante que ne pouvait l’être Most Dangerous Man, produite aussi par Nick Santora (Breakout Kings). 

 

Mike Ferro est accusé d’une attaque terroriste dans le métro de Los Angeles. Très vite, il est un fugitif, pourchassé par la police pendant qu’il fait tout pour sauver son honneur et prouver son innocence.

 

Pour tenter d’apporter un peu d’originalité, The Fugitive s’éloigne du pitch de départ de la série d’ABC des années 60 (du film de 1993 et du reboot raté des années 2000 sur CBS). Le manque d’éléments familiers qui pourraient justement nous rappeler ce que l’on a pu aimé transforme alors The Fugitive en un thriller générique, sans saveur où les scènes d’action sont toutes plus ou moins ennuyeuses et ratées. Car il n’y a aucune ambition réelle. Ni visuelle, ni narrative. Le manque d’implication de l’équipe scénaristique dans le récit force The Fugitive à se transformer en Direct to DVD que l’on a déjà envie d’oublier. Pourtant vous allez me dire il y a Kiefer Sutherland mais même lui ne parvient pas à sauver The Fugitive. Il m’a littéralement plus ennuyé ici que dans Designated Survivor (ABC/Netflix). C’est dire. Afin de tenter d’épaissir un peu le scénario, The Fugitive ajoute alors une intrigue incluant les médias et la façon dont ils participent finalement à créer les « most wanted man » sans vérifier que cela soit les vrais suspects. Sauf que le portrait que fait The Fugitive des informations manque cruellement là aussi d’intérêt. La faute à un scénario qui n’a pas le temps de se concentrer là dessus et qui laisse alors un personnage comme Glenn Howerton jouer à la plante verte de temps à autre.

 

Kiefer Sutherland aurait presque été mieux dans le rôle du Fugitif dans le sens où son charisme l’emporte largement sur notre fugitif ici. Holbrook a vraiment un charisme d’huître et bien que cela puisse fonctionner dans Narcos (où il a déjà joué un rôle), cela ne fonctionne pas du tout ici. Tout ce que je retiens de The Fugitive c’est que cette nouvelle mouture fait tout en plus petit, sans chercher à être plus que ce qu’elle n’est finalement : une websérie qui n’a jamais d’ambition si ce n’est vous divertir entre deux arrêts de métro… 

 

Note : 3.5/10. En bref, The Fugitive ressemble dans cette nouvelle version à un double épisode d’une série procédurale de network. Sans saveur. 

Disponible sur Quibi

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article