Critique Ciné : Les Phénomènes (2020, Netflix)

Critique Ciné : Les Phénomènes (2020, Netflix)

Les Phénomènes // De Felix Binder. Avec Cornelia Gröschel, Tim Oliver Schultz et Wotan Wilke Möhring.

 

En ce moment les allemands ont le vent en poupe sur Netflix et ils ont le mérite de tenter des choses plus originales que d’autres pays. En surfant sur le succès des films de super-héros, Les Phénomènes nous plonge dans un univers légèrement différent. C’est Marc O. Seng (Dark) de l’écurie Netflix qui s’est chargé de l’écriture de ce récit qui parvient à nous plonger efficacement dans un monde qui en plus de parfois sortir des sentiers battus s’avère assez efficace pour ne pas trop perdre le téléspectateur en cours de route. Bien entendu, le film n’est pas exempt de défauts mais il suit un schéma suffisamment efficace. C’est classique, pas toujours brillant (et loin d’être aussi intéressant que The Boys dont la saison 2 débarque sur Amazon Prime Video) mais il y a quelque chose d’attachant chez notre héroïne qui permet de faire passer un bon moment au téléspectateur. Le film est alors grandement aidé par son casting. Cornelia Gröschel tient plutôt bien la route dans le rôle de Wendy. Son aventure a déjà été vue ailleurs (et en mieux) et pourtant, j’ai malgré tout passé un agréable moment en sa compagnie. 

 

Informée par un mystérieux vagabond, une jeune employée de fast-food se découvre des super-pouvoirs... et met au jour une conspiration écœurante.

 

Le script est parfois cliché et certaines incohérences narratives peuvent être gênantes mais pourtant Les Phénomènes sait où il va et nous embarque alors dans une aventure plutôt sympathique et surtout plus originale que d’autres films de la plateforme qui se reposent constamment sur les romances pas franchement inspirées. La première partie de Les Phénomènes est clairement la plus réussite, celle où les moyens mis en oeuvre sont présents à l’écran et où le plaisir coupable parvient à prendre le dessus sur certains défauts. Dès que Les Phénomènes tente de plonger un peu plus dans son histoire alors les faiblesses commencent à se voir et notamment sur les moyens financiers mis dans le film. La seconde partie souffre alors d’un manque de budget. On est donc loin d’une chronique sociale à la Chronicle par exemple ou d’une comédie dramatique de super-héros à petit budget comme il en existe déjà. Pour autant, Les Phénomènes reste un divertissement qui saura séduire probablement un grand nombre de téléspectateurs sans pour autant qu’il devienne mémorable. 

 

Note : 5/10. En bref, honorable tentative qui, malgré certains défauts problématiques, s’en sort assez bien.

Disponible depuis le 2 septembre 2020 sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article