Un Homme Ordinaire (Saison 1, épisodes 1 et 2) : carnage sous la terrasse

Un Homme Ordinaire (Saison 1, épisodes 1 et 2) : carnage sous la terrasse

L’affaire Xavier Dupont de Ligonnès est l’un des faits divers les plus mystérieux de France et surtout un fait qui court toujours. On ne sait toujours pas ce qu’est devenu ce père de famille qui a assassiné sa famille et méticuleusement préparé son départ. Est-il mort ? Est-il en vie ? Il était normal qu’une fiction tente de retracer cette histoire sordide sur le petit écran (et on peut se dire que le cinéma fera de même) sauf que malheureusement Un Homme Ordinaire est un carnage. Il faut certes comprendre que tout cela est inspiré et qu’il y a une part de fiction pour tenter de rendre le récit un poil plus intéressant mais rien ne fonctionne. Anne Badel (Osmosis) et Pierre Aknine (Osmosis, Souviens toi) veulent rapidement nous plonger au coeur de l’affaire dans un but clair : ne pas faire décrocher le téléspectateur. Sauf que tout est sacrément artificiel, des dialogues à la façon de conduire le récit laissant alors imaginer les pires épisodes de Julie Lescaut. 

 

Une mère et ses quatre enfants sont retrouvés assassinés sous la terrasse de leur maison. Seul le père manque. Anna-Rose, une professionnelle du Net et de ses réseaux, cherche à comprendre. Happée par cet homme, et par cette horreur, elle va dangereusement basculer de la toile à la réalité...

 

Pour tenter de faire une fiction sensationnaliste, Un Homme Ordinaire verse rapidement dans le conspirationnisme ronronnant et hasardeux. Le récit a du mal à accrocher car rien ne prend réellement fort et ce n’est pas Arnaud Ducruet qui va changer quoi que ce soit. Derrière son imitation en carton pâte du tueur, il n’est pas aidé par le reste du casting non plus. Emilie Dequenne n’est pas une mauvaise actrice ailleurs et pourtant elle trouve le moyen de montrer qu’elle peut être vraiment mauvaise ici. 

 

Plutôt que de rester un peu en retrait, Un Homme Ordinaire fait ses choux gras de ce que l’on a déjà pu voir dans la presse sensationnaliste sans faire cas de l’émotion qu’un tel récit devrait savoir créer. De ce fait, Un Homme Ordinaire est une vraie catastrophe (et je me base sur deux épisodes). Les dialogues sont peu travaillés, laissant souvent l’impression que tout a été écrit au fur et à mesure du tournage au gré du vent. Un peu comme une sorte de série de Tyler Perry où l’improvisation a forcément une grande part. Les scènes s’enchaînent et petit à petit l’intérêt pour un récit inquiétant qui pourrait fasciner s’amenuise. Si seulement la mise en scène aurait pu rattraper un peu le tout mais il n’en est rien. Là aussi c’est chou blanc. La mise en scène est ronronnante et peu inspirée et ne parvient alors jamais à offrir de vraie perspective intéressante à l’ensemble pour donner l’envie au téléspectateur de revenir. 

 

En plus de ça, Un Homme Ordinaire prend tellement de raccourcis pour s’arranger avec l’histoire que finalement le nom Xavier Dupont de Ligonnès finit par devenir un élément de promotion et pas vraiment une référence au vrai fait divers qui a choqué la France entière. 

 

Note : 0/10. En bref, un carnage. 

Disponible sur M6 Replay

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article