Critiques Séries : Lovecraft Country. Saison 1. Episode 10 (season finale)

Critiques Séries : Lovecraft Country. Saison 1. Episode 10 (season finale)

Lovecraft Country // Saison 1. Episode 10. Full Circle.

SEASON FINALE

 

Ce dernier épisode parle clairement de femme, de mère et d’être afro-américaine. J’aime bien le propos et la façon intelligente dont celui-ci est développé. En mettant en avant le fait d’être une mère seule, la perte d’une mère et trouver une famille c’est finalement un beau message que Lovecraft Country nous délivre dans ce dernier épisode. Pour une première saison, Lovecraft Country n’aura pas été sans fautes mais elle parvient à délivrer des éléments intéressants de façon intelligente, tout en créant des séquences assez solides visuellement. Cet épisode est aussi une occasion de donner une conclusion satisfaisante aux intrigues développées tout au long de la saison. Le titre de l’épisode n’est d’ailleurs pas anodin, Lovecraft Country boucle la boucle. 

 

Avec Diana proche de la mort à nouveau, Tic et Leti aspirés dans le monde des esprits, Ester, Hannah et la mère de Tic commencent à nous préparer ce qui reste un final assez explosif sur bien des points. La série se repose donc énormément ici sur les femmes et je trouve ça assez fascinant car c’est plus ou moins ce que l’on attend depuis le début de la série et elle le fait avec classe. Si la partie fantastique de Lovecraft Country reste une excuse pour mettre en scène toutes ces femmes dans des situations émotionnelles riches, l’ensemble est cohérent et créé une vraie aventure toujours aussi palpitante. Je sais que certains n’aiment pas du tout Lovecraft Country et je peux le comprendre aussi. On retrouve des éléments narratifs parfois un peu sortis d’un chapeau qui vont de pair avec ce que l’on attend de Jordan Peele ou J.J. Abrams (ce dernier étant producteur de la série). Mais pour moi, si l’on n’est pas hermétique à l’ensemble alors celui-ci fonctionne et ce dernier épisode conclut très bien une saison charmante.

 

Le retour de Ji-Ah est aussi un autre élément intéressant de cet épisode. Cela permet aussi de venir dire au téléspectateur que les scénaristes n’ont pas oublié les bonnes idées qu’ils ont eu cette année et Ji-Ah fait clairement partie des meilleures histoires. Pour autant, même si je savais qu’ils n’avaient pas ramené cette femme à Chicago pour rien, j’avais des doutes sur la continuité que le scénario voulait apporter à son aventure. La séquence finale de l’épisode est assez inattendue mais permet d’offrir aussi une certaine forme de conclusion intelligente à l’histoire de Diana et Christina Braithwaite, lançant aussi les hostilités pour une saison 2 que j’ai déjà hâte de découvrir si jamais celle-ci est commandée (et il se pourrait qu’elle soit en grande partie déconnectée de la saison 1…).

 

Note : 8/10. En bref, fin réussi pour une saison qui aura su mettre en avant des femmes afro-américaines de façon plutôt brillante à mes yeux. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article