Critiques Séries : Téhéran. Saison 1. Episode 1 (Apple TV+)

Critiques Séries : Téhéran. Saison 1. Episode 1 (Apple TV+)

Téhéran // Saison 1. Episode 1. Emergency Landing in Tehran.

 

Je crois que je viens de trouver mon nouveau Homeland. Et ce n’est pas anodin que Téhéran soit une série israélienne et que Hatufim, la série qui a inspiré Homeland. Créée par Moshe Zonder (Fauda), Dana Eden (Yom Haem) et Maor Kohn, la série nous plonge dans un univers assez proche de ce que l’on pouvait voir dans Homeland tout en étant très intelligente pour rendre son contexte plus réaliste que je n’aurais pu l’imaginer au départ. Rapidement la tension s’installe et l’on ne décroche plus du petit écran. On suit alors des personnages différents qui permettent de mettre en avant aussi les relations tendues entre I’Iran et Israel. Tous les ingrédients sont dans ce premier épisode pour rendre la série addictive où les épisodes doivent s’enchainer comme des petits pains. La perspective de la série est contée du point de vue de Tamar Rabinyan, une jeune hackeuse et agent du Mossad. Elle entre sur le territoire iranien, son pays natal, afin de compléter une mission qui implique de désarmer les réacteurs nucléaires iraniens afin de mettre en place une attaque aérienne. 

 

Tamar Rabinyan est une agente du Mossad et hackeuse. Pour sa première mission, elle est envoyée à Téhéran, en Iran, son lieu de naissance. Elle est chargée de neutraliser les défenses aériennes du pays afin d'empêcher l'Iran de se procurer la bombe atomique. Cependant, son objectif échoue. Tamar devient alors une hors-la-loi...

 

Tout est mis en place de façon tellement rapide que l’on n’a pas forcément le temps de voir tout ce qui se passe sous nos yeux mais la série nous garde éveillés. La mission est complexe (ce qui permet de créer tout un tas de situations différentes et assez addictives aussi) et permet aussi de nous plonger au coeur des conflits géopolitiques tout en développant les aventures de personnages auxquels on s’attache rapidement. La relation entre Tamar et Milad, un activiste pro-démocratie, n’est pas ce que je préfère dans Téhéran. Pour avoir vu les trois premiers épisodes, je dois avouer qu’il y a ici une sorte de pathos qui ne colle pas toujours avec ce que ce thriller politique fait de juste et intelligent en parallèle. Cela reste une intrigue secondaire mais elle n’a pas encore l’intérêt nécessaire pour que l’on ait envie d’aller plus loin avec eux. Téhéran se repose donc surtout sur son texte et l’urgence dans laquelle les personnages agissent. La tension et le suspense sont alors les maîtres du jeu et tout cela autour d’un seul personnage féminin qui a de quoi devenir iconique au fil des épisodes sur la série s’en donne les moyens. 

 

Note : 7/10. En bref, un départ sur les chapeaux de roues. 

Disponible sur Apple TV+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article