Critiques Séries : We Are Who We Are. Saison 1. Episode 4.

Critiques Séries : We Are Who We Are. Saison 1. Episode 4.

We Are Who We Are // Saison 1. Episode 4. Right Here, Right Now IV.

 

We Are Who We Are continue de contempler le spleen d’une adolescence américaine sous le regard toujours aussi sympathique d’un réalisateur qui cherche à faire des choses différentes. C’est une bonne chose que de voir Fraser être intégré au groupe d’amis. Bien que l’on ait impression que le scénario va un peu vite sur la façon dont il est intégré, je trouve que c’est une belle chose qui finalement fait de cet épisode le plus réussi à mes yeux de la saison jusqu’à présent. Bien que le côté débauche de l’épisode ne soit pas forcément ce que les séries pour ados réussissent le plus je trouve que We Are Who We Are réussie finalement beaucoup mieux le tout que Euphoria dans un registre assez proche. Le fait que la série décide de faire évoluer aussi rapidement les personnages et leurs interactions n’est pas quelque chose de mauvais. Au contraire, cela permet enfin à la série d’évoluer. 

 

Cet épisode permet alors de survoler un peu le fantasme de ces adolescent(e)s et la façon dont ils vivent sur cette base en Italie. L’école, les parents, la discipline, tout est à mille lieux du reste (nous sommes chez les militaires) mais cela permet justement de développer l’histoire autrement. Alors que Craig est sur le point de partir, les ados que l’on a appris à connaître dans les trois premiers épisodes vont faire en sorte qu’il parte avec les honneurs. Tout commence avec une séance de paintball avant de se transformer en une orgie fantasmagorique et plutôt efficace pour dépeindre le besoin de liberté de ces ados. Le fait que cette débauche n’ait pas de sens est finalement un choix intéressant qui permet de justifier la débauche. 

 

L’épisode ne se prend pas la tête et nous laisse contempler des adolescents qui ont besoin de s’évader alors que la vie peut parfois les rattraper. L’utilisation des personnages par le scénario ne cherche pas à faire du sens mais simplement à créer quelque chose de global autour de tous ces personnages. La mise en scène est quant à elle magnifique et prouve une fois de plus toutes les qualités que We Are Who We Are démontre depuis le début dans ce registre là. 

 

Note : 7.5/10. En bref, sûrement mon épisode préféré où la débauche de ces ados fait finalement la force de l’histoire. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article