La Flamme (Saison 1, épisodes 4 à 6) : retour de flamme

La Flamme (Saison 1, épisodes 4 à 6) : retour de flamme

Le concept de La Flamme repose énormément sur le concept du Bachelor à sa façon mais je dois avouer que cette salve d’épisodes confirme en partie ce que je redoutais avec l’épisode 3. Disons que ce n’est pas aussi fou et plus centré sur l’émotion. La Flamme est une comédie qui a parfois du mal à tenir la longueur. Si certaines séquences gardent leur côté amusant, je dois avouer que ces trois épisodes laissent aussi entrevoir les faiblesses du scénario et du concept de départ. Il y a forcément des trucs qui font rire comme le rencard de Marc avec Valérie dans le restaurant dans le noir ou la sortie équestre avec Chataléré. J’ai cependant du mal avec le côté parfois redondant de certaines séquences qui dans ces trois épisodes laissent de côté ce que je préfère dans la série et je pense à Leila Bekhti. Alexandra est mon personnage fétiche et même si elle joue souvent sur un running gag du « Maaaaaaaarc », cela fonctionne. 

 

Certaines intrigues manquent aussi de profondeur comme celle sur les sans abris où l’on tente de l’humour sur le mot « clochard ». Je comprends bien que La Flamme cherche à faire tout ce qui est possible pour plonger ses personnages dans des situations absurdes mais Vincent Macaigne n’est pas le mieux utilisé des guests. Et on pointe alors un autre problème : l’accumulation de guests qui ne fait que renforcer le problème de La Flamme et son manque d’inspiration par moment ici. Les personnages n’arrivent pas vraiment à devenir attachant au delà de leurs traits de caractère amusants comme Manon qui est SDF et qui aurait pu nous séduire avec une composition légèrement plus touchante. Mais la série se complait dans le pathos forcé qui est pour moi un gros manqué de ces trois épisodes. 

 

Le running gag de Anne que Marc veut virer de l’émission depuis le départ aurait pu être amusant s’il n’était pas répété autour des mêmes blagues lors de la cérémonie des billets pour la suite de l’aventure. Si la série reste amusante, elle ne l’est plus autant que lors de ses deux premiers épisodes. On perd un peu cette fameuse flamme humoristique qui faisait la force de la série au début. Le fait que les personnages ne soient pas forcément attachant est un immense problème à ce moment de la saison et alors que les filles partent petit à petit du programme, je me demande ce qu’ils ont encore en stock pour proposer aux candidates restantes d’être un peu plus attachantes et amusantes au fil des épisodes. Je voudrais cependant saluer l’idée de la Jean Guil qui est vraiment un concept amusant mais où la série pèche par son manque d’implication dans ses délires qui pourraient être encore plus drôles. 

 

Note : 5.5/10. En bref, il y a toujours de l’humour et des running gag efficaces mais le scénario s’égare et les personnages ont du mal à devenir attachants. 

Disponible sur MyCanal

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article