Critique Ciné : Relic (2020)

Critique Ciné : Relic (2020)

Relic // De Natalie Erika James. Avec Emily Mortimer, Robyn Nevin et Bella Heathcote.

 

Pour un premier film, Natalie Erika James a réussi un tour de passe étonnant. Relic est une si belle allégorie sur Alzheimer et la démence comme rarement j’en ai vu dans le monde du cinéma d’horreur. Cette métaphore hante le spectateur du début à la fin du film sans jamais le lâcher une fois que la machine est lancée et que les personnages ont été introduits. Relic devient alors un film terrifiant, beau et intelligent qui nous plonge dans un univers pourtant une once de déjà vu mais avec une élégance étonnante et une horreur qui fait mouche. Point de surexploitation des jump-scares, égrainés tout au long du film avec soin. Le but est de faire peur au bon moment et pas à tout prix ce qui démontre toute l’intelligence de Natalie Erika James avec son film. Relic c’est un film de maison hantée autour de ce qui se passe dans l’esprit humain. La façon dont les deux sont liés est l’une des grandes forces de Relic. Ce que fait Natalie Erika James avec Relic n’est pas sans me rappeler Mister Babadook visuellement et dans son envie de créer de l’horreur brute au sein du foyer. 

 

Lorsque Edna, la matriarche et veuve de la famille, disparaît, sa fille Kay et sa petite-fille Sam se rendent dans leur maison familiale isolée pour la retrouver. Peu après le retour d'Edna, et alors que son comportement devient de plus en plus instable et troublant, les deux femmes commencent à sentir qu'une présence insidieuse dans la maison. Edna refuse de dire où elle était, mais le sait-elle vraiment...

 

Tout commence dans un environnement assez classique pour le film d’horreur : c’est Noël, une disparition et des choses étranges qui se déroulent de plus en plus souvent. Petit à petit, Relic nous prépare au retour d’Edna, la veuve disparue de la famille. Une fois revenue, alors le film enchaîne avec intelligence tout un tas d’éléments narratifs. On pourrait aussi rapprocher Relic de Hérédité d’une certaine façon, un autre film d’horreur fascinant. Relic nous offre donc une vision plus intéressante de l’horreur dans une maison que tout un tas d’autres films du genre qui ne font que reproduire des schémas vus et revus. Pour le coup, ce film fait une vraie proposition de cinéma et nous délivre un scénario soigné sans temps morts. Une fois les personnages présentés et l’univers dépeint, le film ne fait que hanter le spectateur sans jamais le lâcher jusqu’au bout. Ainsi, Emily Mortimer que j’aime beaucoup apporte ce réalisme au film alors qu’elle est un peu représentative de n’importe quelle femme de ce monde. Robyn Nevin de son côté est l’une des vraies révélations à mes yeux. 

 

Note : 8/10. En bref, l’un de mes films d’horreur préféré de 2020.

Date de sortie : 7 octobre 2020

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article