Critiques Séries : A Teacher. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : A Teacher. Saison 1. Pilot.

A Teacher // Saison 1. Episode 1. Pilot.

 

Je dois avouer que toute cette tension sexuelle entre Kate Mara et Nick Robinson est vraiment alléchante. Toute la scène entre les deux personnages dans le restaurant était mignonne et pleine de gentillesse. C’est un beau moment qui va nous conduire petit à petit vers la conclusion de l’épisode là aussi inévitable. Le fantasme de Claire est mis en scène de façon terriblement innocente et légère que l’on aurait presque envie de connaître ça en vrai. Je ne connais pas le film A Teacher datant de 2013 de Hannah Fidell que cette dernière adapte en série mais je dois avouer que j’ai envie de me pencher sur la question une fois la série terminée. La série se veut pourtant provocante au travers de cette relation illicite entre une professeure et son lycéen. Prévue à la base pour HBO (qui avait acheté les droits du film en 2014), c’est finalement sur Hulu/FX que la série débarque et tente alors de discuter d’une romance tabou sous un oeil post-#MeToo. 

 

Insatisfaite de son mariage avec un homme rencontré à l’université, et éloignée de sa famille, Claire, solitaire, fait son entrée dans une nouvelle école, au Texas. La vie de la jeune femme est bouleversée lorsqu'Eric, un charmant élève de sa classe, s’intéresse à elle de façon inattendue. Capitaine de l’équipe de foot de l'établissement, si la vie de l'adolescent semble parfaite, Eric jongle en réalité entre la pression de l’école, son objectif d'intégrer l’université et un emploi à temps partiel, tout en aidant à prendre soin de ses deux jeunes frères afin que sa mère Sandy puisse subvenir aux besoin de sa famille. 

 

Si ce premier épisode est séduisant, je me demande ce que la suite va bien pouvoir nous raconter. Kate Mara est clairement le charme central de la série alors que Nick Robinson (Love, Simon) apporte l’innocence d’un adolescent. On retrouve d’ailleurs un peu de ce qu’il avait pu faire dans Love, Simon ici. L’idée de cette série serait donc de prolonger le film (que je n’ai pas encore vu) afin d’aller plus profondément (sans mauvais jeu de mots) dans cette relation peu commune et interdite. En insinuant donc qu’il y aura quelque chose de plus complexe à venir j’ai envie de faire confiance à A Teacher. La série n’a rien d’exceptionnel au premier abord mais cela me fait penser à Normal People - également sur Hulu - qui au départ n’avait rien d’exceptionnel et m’avait embarqué dans une montagne russe émotionnelle (faisant d’ailleurs à mes yeux de cette dernière la meilleure série de l’année !). En tout cas, le premier épisode parvient à introduire tous les enjeux (Claire qui n’a pas la vie maritale de rêve, Nick qui se retrouve coincé pour ses études, etc.) sans pour autant les forcer. Affaire à suivre…

 

Note : 5.5/10. En bref, le charme de A Teacher opère assez simplement. Reste à voir si les promesses seront tenues. 

Disponible sur Hulu aux US. Prochainement en France.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Levendis 25/11/2020 17:52

Etrange concept montrant le double standart des approches narratives actuel
un homme ayant une romance avec une lyceen mineur, serait traité en fiction comme un predateur sexuel, detournant des mineurs sans circonstance attenuante
ici l histoire est "charme", "seduisant", "plein de tension" erotique
de la trajectoire de deux individus
juste mort de rire

Coachtrompette 25/01/2021 12:34

Justement non, cette enseignante est présentée également comme "prédateur sexuel" ayant eu, par l'existence et le déroulement de cette relation, des répercussions désastreuses pour ce jeune qui sera marqué et handicapé émotionnellement pour sa vie entière (même si sur le moment il ne s'en rend pas compte et qu'il vit qqchose d'extraordinaire, faisant même de lui une sorte de "star" (être l'élève qui a couché avec une prof !)
la génèse et le temps de la relation sont en effet montré de manière "séduisante", intense et voire même romantique, mais c'est propre et universel à toute relation sentimentale et sexuelle (en tout cas lorsqu'elle débute)