Critiques Séries : Industry. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Industry. Saison 1. Pilot.

Industry // Saison 1. Episode 1. Induction.

 

HBO nous plonge au coeur de La City, le quartier d’affaires de Londres dans ce thriller financier où des jeunes loups fraichement sortis de leur université vont tenter de se faire une place. Dès le départ, Industry veut nous démontrer que ce monde de requins n’est pas fait pour tout le monde mais aussi que la place de chacun se gagne en marchant sur les autres. En guise d’introduction, ce premier épisode ne perd pas de temps entre les insultes, le racisme, la drogue mais aussi la mort. Au milieu de l’épisode, un premier personnage décède. Pour une première création, Mickey Down et Konrad Kay créent un univers assez fascinant alors que je ne comprends pas vraiment le jargon du trading mais c’est plus ou moins tout ce qu’il faut car ce n’est pas le but de la série. Le but est de raconter le destin de ces personnages et de les suivre dans des aventures où on a tous envie de les détester. Sauf Harper Stern incarnée par Myha’la Herrold, clairement là pour nous donner envie de la suivre dans ses aventures et la voir gagner. 

 

Un groupe de jeunes loups de la finance souhaite se faire une place sur la scène internationale. Au milieu d'une culture d'entreprise qui met en exergue l'égo, le sexe et les addictions, que sont-ils prêts à faire pour réussir ?

 

Bien que Industry soit une série avec un groupe de personnage, Harper reste notre pilier central dans ce premier épisode. On nous introduit chacun des personnages que l’on va suivre tout au long de la saison mais elle apparaît rapidement comme la prodige de la finance qui n’a pas envie de ressembler aux autres. Elle a fait ses études dans une faculté et pas dans une grande université prestigieuse, ce qui devrait la mettre en dessous des autres et pourtant, elle compte bien prouver qu’elle en a dans le ventre. Notamment lors de la scène finale de l’épisode. Harper démontre aussi une vraie envie de marcher sur les autres afin de démontrer qu’il n’y a pas besoin d’être d’Oxford ou Cambridge pour réussir dans la finance et surtout dans cette prestigieuse banque d’affaires londonienne. 

 

C’est Lena Dunham (Girls) qui a mis en scène ce premier épisode et cela se ressent dans cet esprit brut que l’épisode donne visuellement. On sent l’envie pour la réalisatrice d’insuffler à la série une ambiance assez morne afin que l’on se concentre sur les émotions de chacun des personnages et leurs retranchements, leurs pires aspérités. Elle parvient à capturer dans sa caméra ce que c’est qu’un premier jour de boulot avec cette anxiété constante que l’on peut ressentir. Quoi qu’il en soit  Industry a de quoi fasciner par cette plongée dans le vide qui me donne l’envie frénétique de poursuivre rapidement l’aventure. 

 

Note : 7/10. En bref, introduction brute et réussie. 

Disponible sur OCS US+24

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article