One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 2), Chicago Fire (Saison 9, épisode 2) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 2)

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 2), Chicago Fire (Saison 9, épisode 2) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 2)

C’est déjà le temps de faire une pause. Après les deux premiers épisodes de la saison de chaque série du One Chicago, NBC fait revenir ses séries en janvier 2021.

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 2), Chicago Fire (Saison 9, épisode 2) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 2)

Chicago Med // Saison 6. Episode 2. Hidden in Plain Sight.

 

Le premier épisode de la saison 6 de Chicago Med permettait d’adapter la série à la situation actuelle de la COVID-19. De plus, la série améliorait aussi son environnement par rapport à une saison 5 sacrément ennuyeuse avec de nouveaux enjeux. Je dois avouer que je comprends la position de Will. Goodwin choisit Choi plutôt que lui en tant que chef des urgences. La fin de cet épisode permet de rappeler à Will qu’il est passionné mais un peu trop pour cette position. Quant à Choi, c’est un choix presque ridicule pour cette place aussi. On ne peut pas dire que cela soit le meilleur candidat possible. Il est aussi impulsif que Will quand il veut et a passé une grande partie de la saison 5 à ruiner la voie des patients dans le but d’entrer dans son propre code moral. Choi pense que tout le monde doit faire les choses à sa sauce, des patients aux employés de l’hôpital. C’est presque un truc intéressant pour la suite de la saison et je suis intrigué de voir comment cela va évoluer. 

 

Le fait est que la série répète tout de même certains schémas dans cet épisode, notamment entre Will et Choi. On ne peut pas dire que la série n’ait pas déjà créé des faces à faces tendus entre les deux personnages. Choi est maintenant en charge des urgences donc il peut faire ce qu’il veut comme il l’entend, contrairement à auparavant. Les raisons de Goodwin pour choisir Choi sont ridicules mais dans un sens cela va dans le sens d’un bon scénario pour la suite de la saison. Mais cela ne veut pas dire que Will était le bon personnage à mettre à cette place aussi. J’aurais presque préféré que la série intègre un nouveau personnage qui permettrait aussi de bousculer un peu le quotidien de Chicago Med. La série se repose sur des acquis et c’est dommage de ne pas la voir évoluer en intégrant de nouvelles têtes facilement. 

 

L’autre grande histoire de cet épisode c’est celle de Nat. La série parle d’un problème intéressant mais dans sa plus grande tradition elle ne creuse pas suffisamment les conséquences. Nat est un bon personnage et la façon dont elle est mise en avant dans cet épisode avec ses principes est intéressante. Pour autant, j’ai comme l’impression que Chicago Med est parfois en train de retomber dans les travers de la saison précédente à stagner et à ne pas creuser les sujets les plus forts de façon soignée. Cet épisode en fait d’ailleurs un peu trop sur le sujet à mes yeux, simplement pour résoudre l’histoire en un coup de cuillère à pot. 

 

Note : 5/10. En bref, si la série s’engage vers des enjeux intéressants pour la suite elle semble retourner à son ancienne normalité qui n’était pas forcément la meilleure l’an dernier. 

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 2), Chicago Fire (Saison 9, épisode 2) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 2)

Chicago Fire // Saison 9. Episode 2. That Kind of Heat.

 

Chicago Fire revient après son cliffangher de la semaine dernière. Est-ce que Brett et Mackey allaient s’en sortir ? Forcément, les deux personnages s’en sortent avec des égratignures. Une fois de plus Chicago Fire a du mal à oser faire du mal à ses personnages comme elle pouvait parfois le faire dans le passé. C’est sans parler de la façon dont Casey débarque tel un super héros pour les sauver. C’était… ridicule. Au fond, le cliffangher de la semaine dernière est résolu en si peu de temps que le tout était inutile. La relation entre Brett et Casey continue donc son bout de chemin et la série aussi comme si de rien n’était. Les discussions sont assez inutiles et n’apportent pas vraiment de profondeur à la relation entre les deux personnages. La série a l’air de fatiguer pour trouver de nouvelles idées et quoi faire dire à ses personnages et je trouve ça dommage. 

 

Kidd reprend son programme de Girls on Fire et Severide l’aide dans les préparatifs. Si j’aime beaucoup l’engagement pris dans cette histoire par les scénaristes, c’est encore trop maigre pour donner l’impression que Chicago Fire sait quoi en faire. J’ai comme l’impression que la série prend le double de temps pour développer une histoire qui devrait déjà enclencher la troisième vitesse. Au delà du côté un brin lancinant, la série fait un commentaire intéressant sur la situation de l’une de ses étudiantes qui ne vient plus en cours. Cette dernière lui dit que à cause de la récession due au COVID-19, sa famille a du mal à joindre les deux bouts et elle n’a plus de temps à cause de son emploi. Parler de la crise économique est un potin intéressant et la série l’a déjà fait avec le Molly’s même si cela reste encore un peu simpliste à mes yeux.

 

Ce que Chicago Fire rate ici c’est l’opportunité de réellement créer un épisode touchant, comme lorsque des personnages sont morts par le passé. Je ne dis pas que Brett aurait dû mourir, ni même Mackey, mais j’aurais presque préféré que l’une des deux finisse dans Chicago Med afin de créer un joli cross-over entre les deux séries. Brett et Casey font donc à nouveau une pause, venant freiner toute possibilité que les deux finissent enfin ensemble. Pour Severide, le fait qu’il aille chercher la porte de l’ambulance accidentée car il y a le nom de Leslie Shay dessus est beau geste. D’autant plus par rapport au message qu’il veut renvoyer. Ce n’est pas aussi émouvant que la mort de Shay mais cela permet aussi de rappeler que des personnages importants sont morts par le passé dans Chicago Fire. Mais fort heureusement pour nous, il y a un joli intervention sur les rails du métro qui apportent dans la seconde partie de l’épisode un brin d’action. Les interventions de Chicago Fire sont toujours ce que la série sait faire de mieux et elle démontre une fois de plus qu’elle est parfaite à créer de la tension autour de situations dangereuses. 

 

Note : 4.5/10. En bref, après le cliffangher de la semaine dernière, la série reprend vite le chemin classique sans réellement engager quoi que ce soit pour le retour en janvier. Un épisode ennuyeux et peu ambitieux. Dommage.

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 2), Chicago Fire (Saison 9, épisode 2) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 2)

Chicago P.D. // Saison 8. Episode 2. White Knuckle.

 

Chicago P.D continue donc d’être la série la plus excitante des trois alors que l’histoire d’Atwater continue de prendre une place importante dans le récit. A l’issue de l’épisode précédent, Atwater était tabassé devant chez lui par les membres de Blue Wall, cette organisation raciste au sein même de la police. Cela me rappelle une excellente intrigue de la série Blue Bloods il y a quelques années sur cette organisation secrète au sein même de la police de New York. Chicago P.D l’adapte clairement à sa sauce et nous offre une fois de plus un épisode palpitant et une continuité des intrigues qui donne envie de poursuivre l’aventure le plus rapidement possible (attendre janvier sera compliqué !). 

 

Ce qui est intéressant avec l’histoire d’Atwater et du harcèlement dont il est victime par Blue Wall c’est que cela touche désormais son équipe. Atwater est désormais sans radio ce qui lui rend difficile de faire son boulot. Son alarme sonne, ne faisant qu’accentuer la paranoïa ambiante dont il ressent les effets. Je ne sais pas trop où la série veut nous conduire par rapport à toute cette aventure mais elle maîtrise son scénario. Le face à face entre Atwater et Ruzek permet de nous embarquer vers ce que la série cherche à faire autour de ses flics : un bordel sans nom pour complexifier l’histoire. Ruzek se fait tirer dessus aussi et bien qu’il n’ait rien, le fait est que Atwater ne peut pas appeler des renforts car personne à la police ne veut l’aider. J’ai hâte de voir un peu plus ce que Nolan veut faire pour faire tomber Atwater (et son badge). Atwater serait donc condamné à ne pas pouvoir quitter l’unité de Voight et devenir un détective, mais Atwater ne l’entend pas de cette oreille. Sa dernière solution (menacer de poursuivre Nolan et la Chicago P.D) va t-elle fonctionner ? Réponse en janvier.

 

Le cas de la semaine est plutôt efficace et permet d’ajouter un peu d’action tout en revenant à la formule classique de la série. Le fait que cela implique une fois de plus nos personnages de façon personnelle est forcément une bonne chose. Miller continue d’être sur le dos de Voight ce qui est amusant. Nicole Ari Parker est parfaite dans le rôle de cette femme forte qui fait face au personnage le plus emblématique de Chicago P.D. Quoi qu’il en soit, il se passe pas mal de choses dans cet épisode et la série parvient à activer ses intrigues de façon assez efficace. J’ai hâte de voir la suite. 

 

Note : 7/10. En bref, les intrigues continuent de prendre une tournure intéressante et laisse en plan des enjeux intéressants pour le retour en janvier. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article