Critique Ciné : Black Beauty (2020, Disney+)

Critique Ciné : Black Beauty (2020, Disney+)

Black Beauty // De Ashley Avis. Avec Mackenzie Foy, Iain Glen et Kate Winslet.

 

L’histoire de Black Beauty, le nouveau film original de Disney+ est avant tout un roman de Anna Sewell connu en France sous le nom Le Prince Noir. Vous avez peut-être Prince Noir avec Sean Bean (1994) mais la première adaptation du roman date de 1946 « Black Beauty » avec Mona Freeman. Réadapter cette histoire n’est pas forcément une mauvaise idée dans le sens où cette aventure reste intemporelle par le message qu’elle véhicule. A mi chemin pour Disney entre ses documentaires estampillés Disney Nature et une fiction très Disney Channel, Black Beauty tente d’apporter modernité au récit tout en reprenant ses valeurs et sa morale. Ashley Avis (Death Valley, Adolescence) est encore une jeune réalisatrice et le cahier des charges de Disney s’impose clairement. On ne peut donc pas dire que la mise en scène soit très originale tant elle colle avec tous les films Disney du même genre que l’on peut voir fleurir sur le petit écran. De ce fait, Ashley Avis fait honneur au roman sans pour autant en faire quelque chose de grandiose non plus. C’est donc plus un drame pour enfants et adolescent(e)s qu’un vrai film percutant. C’est un problème que l’on peut avoir avec beaucoup de films Disney mais c’est aussi ce qui par moment en fait le charme immuable.

 

Black Beauty suit les aventures d’une Mustang sauvage de l’Ouest des États-Unis. Un jour, capturée et enlevée à sa famille, celle-ci se retrouve bientôt aux écuries Birtwick où elle va nouer une relation empreinte d’amour, de respect et de soutien mutuel avec Jo Green, une jeune fille de 17 ans qui elle aussi affronte le deuil de ses parents. Au fil des semaines, ce lien indéfectible va aider Black Beauty à garder espoir à travers les différentes étapes, épreuves et aventures de sa vie…

 

L’autre souci avec Black Beauty c’est son scénario qui tombe bien souvent dans les pièges du mélo qui veut en faire un peu trop sur les bords. Cela peut alors rapidement devenir dégoulinant de bons sentiments pas toujours digestes alors que j’aurais apprécié un film un peu plus fort sur la cruauté et l’empathie envers les animaux. Il y a encore ce sujet, qui a d’ailleurs été mis au goût du jour par cette nouvelle adaptation, mais ce n’est pas aussi marquant que cela aurait pu l’être. Black Beauty aurait clairement pu être beaucoup plus, un vrai tournoiement autour des chevaux et de la façon dont certains ressentent les émotions des animaux. Mais Black Beauty s’égare dans tous les sens où vouloir faire de ce classique de la littérature déjà adapté mainte et mainte fois quelque chose de beaucoup trop terre à terre et classique. Il n’y a pas d’occasion donnée par le scénario de rêver et de se faire plaisir autant que l’on aurait pu l’espérer. Black Beauty est donc beau par ses paysages de l’Amérique de l’Ouest et tout ce qui touche aux chevaux et bien entendu notre fameux « Prince Noir » mais au delà de tout ça, rien de mémorable pour autant.

 

Note : 4/10. En bref, très attaché aux valeurs Disney, cette aventure n’offre rien de neuf sur un classique déjà vu et revu du cinéma américain. Tout est alors trop sage et « Black Beauty » n’est pas aussi présent qu’il ne devrait l’être. Dommage.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article