Critique Ciné : Freaky (2021)

Critique Ciné : Freaky (2021)

Freaky // De Christopher Landon. Avec Vince Vaughn, Kahryn Newton et Celeste O’Connor.

 

Après que Christopher Landon nous avait donné Happy Birthdead (ou Happy Death Day en VO), il nous offre avec Freaky un tout autre cirque mais réussi. L’une des grandes forces de Freaky, il la puise dans les références. Rien que la scène d’ouverture est un long hommage aux films d’horreur (et notamment à au tout premier Halloween d’une certaine façon). Mais Freaky mélange aussi les genres, faisant de cette comédie produite par Blumhouse un produit hybride mais terriblement réussi sur bien des plans. Notamment les références à Vendredi 13, Halloween, Massacre à la tronçonneuse, Souviens toi l’été dernier et et j’en passe. Un peu comme Scream, Freaky parvient à capturer ce qu’est un hommage au genre horrifique tout en faisant une sorte de comédie avec ses moments d’épouvantes. Certes Freaky ne va pas forcément au bout de son potentiel mais le voyage est suffisamment réussi pour embarquer avec lui le spectateur. Peut-être aussi que c’est le côté hybride du film entre comédie et slasher qui a parfois un peu de mal à démontrer ce qu’il a dans le ventre mais Freaky s’amuse et Vince Vaughn a clairement l’air de s’être éclaté dans le rôle d’une adolescente de 17 ans.

 

Millie Kessler, une adolescente de 17 ans, occupée à faire bonne figure dans son très élitiste lycée, Blissfield High, devient la nouvelle cible du Boucher, un tueur en série tristement notoire. Lorsque, sous l’effet du poignard antique du Boucher ils se réveillent dans le corps de l’autre, Millie n’a alors que 24 heures pour retrouver son corps afin de ne pas rester coincée pour le restant de ses jours dans la peau d’un tueur en série d’une cinquantaine d’années. 

 

Christopher Landon retrouve cette mise en scène pop qu’il avait déjà testé dans les Death Day (et un Happy Birthdead 3 pourrait voir le jour) tout en injectant dans son scénario ce qu’il a toujours fait finalement : les références et tordre le coup au cinéma d’horreur à sa façon. Les Death Day étaient très différents, reprenant des strates différentes du monde de l’horreur et Freaky tente de faire pareil tout au long du film. Grâce à un savoureux mélange de références, de séquences amusantes, Freaky tord le cou au genre horrifique à sa façon et nous offre un spectacle terriblement amusant. Vince Vaughn a beau être dans la caricature de la gestuelle d’une adolescente, le fait qu’il ait l’air de s’éclater et que le scénario aime partir dans tous les sens est une occasion pour un gros bordel amusant. Car au delà du slasher, Freaky reste avant tout une comédie pop qui pourrait devenir culte dans quelques années si elle a la visibilité qu’elle mérite. Un peu comme Scream a pu l’être au début des années 90. A condition bien entendu que le second film reprenne la même mécanique tout en insufflant de nouvelles références.

 

Note : 7/10. En bref, un vrai plaisir coupable, bourré de références au genre horrifique à la sauce Scream et Vince Vaughn en ado c’est juste délirant.

Date de sortie : 20 janvier 2021

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article