Critique Ciné : Enorme (2020)

Critique Ciné : Enorme (2020)

Enorme // De Sophie Letourneur. Avec Marina Foïs, Jonathan Cohen et Jacqueline Kakou.

 

Sophie Letourneur n’est pas une réalisatrice qui a un grand rendement, ce qui permet aussi à ses films d’être un peu plus travaillés. Contrairement à ses précédents, Enorme est probablement son plus abouti et fonctionne en grande partie grâce au talent de Jonathan Cohen et Marina Fois dont l’alchimie fait aussi le sel de cette aventure. Avec un regard presque documentaire et proche d’un cinéma indépendant très discret, Enorme nous plonge dans une aventure burlesque assez cocasse et émouvante par moment. Le film est parfois assez compliqué à cerner mais le film a un découpage assez intéressant donc la seconde partie, très documentaire sur l’accouchement est sa plus séduisante. La première, sur la vie de Claire la pianiste manque parfois d’entrain et se repose alors plus sur le comique de situation de Jonathan Cohen dans un côté burlesque que sur quelque chose de réellement palpitant. Le mélange est donc très étrange mais noue malgré tout un récit complet qui n’est pas sans défauts. Les défauts sont donc probablement plus dans le rythme que Enorme a parfois du mal à trouver. La forme du film est donc probablement aussi ce qui va le couper d’une partie d’un public. Enorme se veut comédie familiale française assez classique dans sa thématique choisie mais choisit une forme différente (notamment le format de l’image) qui pourra sortir certains spectateurs.

 

Ça lui prend d’un coup à 40 ans : Frédéric veut un bébé, Claire elle n’en a jamais voulu et ils étaient bien d’accord là-dessus. Il commet l’impardonnable et lui fait un enfant dans le dos. Claire se transforme en baleine et Frédéric devient gnangnan.

 

Enorme est donc une proposition de cinéma qui a le mérite d’exister et aussi de faire exister ses acteurs et leur talent. Sophie Letourneur décide avec son film d’aborder des sujets forts avec sa métaphore assez passionnante : le déni de grossesse, la surmédicalisation ou encore la place de la masculinité dans une famille. Tout cela est aidé par des comédiens qui n’en sont pas. Ils sont professionnels dans leur domaine et permettent d’apporter une dimension documentaire au récit accompagnée par le duo Cohen/Fois. Les pianistes, sages-femmes, etc permettent donc de se plonger dans un récit étonnant qui jongle entre quelque chose d’ultra réaliste et quelque chose de très amusant. Le côté grotesque de cette comédie peut faire rire comme il peut aussi parfois devenir un peu lourd (comme le ventre énorme de Marina Foïs). Je suis donc septique sur le résultat final qui offre de bonnes idées dans sa seconde partie mais qui a du mal à faire quelque chose de brillant de la première. Enorme n’est donc probablement pas le film le plus mémorable de l’année 2020 mais si vous aviez envie de voir quelque chose de réellement étrange sur des sujets aussi forts et classiques que ceux abordés alors c’est peut-être fait pour vous.

 

Note : 5/10. En bref, une bonne idée qui parfois se casse la margoulette mais tient tout de même une partie de ses promesses.

Date de sortie : 2 septembre 2020 - Disponible en VOD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article