Critiques Séries : Prodigal Son. Saison 2. Episode 2.

Critiques Séries : Prodigal Son. Saison 2. Episode 2.

Prodigal Son // Saison 2. Episode 2. Speak of the Devil.

 

Dans une série comme Prodigal Son avec des personnages machiavéliques, de parler du Diable est plus que sensé. De plus, Malcolm se retrouve ici avec de sacrés dialogues, ciselés à souhait démontrant une fois de plus la capacité de la série à créer des intrigues originaux tout en utilisant intelligemment les personnages. Prodigal Son est une vraie montagne russe psychologique et alors que cet épisode se repose sur des éléments surnaturels qu’elle continue de développer, l’idée de placer le récit dans une Eglise en rappelant l’occulte au centre névralgique du cas fonctionne. On le sait déjà, les éléments horrifiques et religieux font bon ménage et cet épisode ne va pas me faire dire le contraire. L’épisode mélange exorcisme et horreur psychologique, reprenant à la perfection tout ce qui fait la force de Prodigal Son depuis le début. La religion, la foi, la confession, la possession et tout ce qui peut être utilisé dans le registre est mis en avant tout au long de cet épisode.

 

La série n’oublie pas non plus les conséquences psychologiques de la fin de la saison et donc du meurtre d’Endicott. Malcolm n’a personne à qui parler de ce qui s’est passé, ni même de ce qu’il ressent depuis la mort de ce personnage. Malcolm tente de protéger tout monde et surtout Ainsley. C’est pour le moment la plus grande intrigue feuilletonnante que ce début de saison décide de mettre en avant et elle a le mérite d’exacerber une fois de plus les sentiments du héros face à sa condition psychologique mais aussi son père qui continue de le hanter d’une façon ou d’une autre. Prodigal Son couple tout ça à cette histoire de Diable et de meurtre religieux qui met l’accent sur de belles séquences aux frissons bien utilisés. A chaque fois que Prodigal Son nous offre un petit jump-scare, il me rappelle un peu le cinéma de Jonathan Demme et ce que ce dernier avant fait avec Le Silence des Agneaux (dont une série prequel centrée sur Clarice arrive cette année sur CBS). L’utilisation de l’église et de la lumière à la bougie est sublime.

 

Antonio Negret (Les nouvelles aventures de Sabrina, The 100) parvient à mettre cet épisode en scène de façon soignée tout en gardant à l’esprit ce que représente depuis le début Prodigal Son. Martin de son côté est toujours bien intégré au récit et sa relation avec Malcolm est vraiment l’une des forces de cette série. Je ne sais pas à quoi m’attendre pour la suite de la saison mais en créant des épisodes uniques en leur genre tout en gardant les fondations même de toute la série me plaît.

 

Note : 7/10. En bref, le monde de la religion croise Prodigal Son pour un épisode qui sied parfaitement à cet univers fascinant.

Prochainement sur TF1

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article