Critiques Séries : Prodigal Son. Saison 2. Episode 6.

Critiques Séries : Prodigal Son. Saison 2. Episode 6.

Prodigal Son // Saison 2. Episode 6. Head Case.

 

Un meurtre dans un hôtel effrayant ? Voilà qui est parfait pour Prodigal Son et délivrer ses propres références qu’elle aime tant. Après avoir été jeté dans une cage d’ascenseur, Malcolm a des problèmes et le cas de la semaine permet ainsi de plonger un peu plus dans l’esprit de notre héros. L’esprit torturé de Malcolm est plus ou moins ce qui fait le sel de Prodigal Son depuis le début et « Head Case » exploite le tout de façon assez intelligente. J’ai toujours aimé les épisodes qui cherchent à raconter des histoires de « et si » et cet épisode était délicieux. Un peu comme l’épisode 13 de la saison 1, cet épisode était fun et nous a offert un sacré twist auquel je ne m’attendais pas du tout. Il fallait que Malcolm tombe dans une cage d’ascenseur pour se rendre compte que Ainsley a aussi besoin de connaître la vérité au sujet du soir où Endicott a été tué.

 

La série installe donc l’affaire du meurtre d’un architecte avec un compas dans ses yeux. Côté mis en scène, Prodigal Son a toujours été ces meurtres lugubres se rapprochant des thrillers psychologiques que j’adore au cinéma. Ce que je n’aurais pas imaginé après l’introduction c’est que Malcolm résolve le crime intégralement dans son sommeil. C’est un sacré personnage à l’esprit torturé mais fascinant. L’esprit de Malcolm lui joue des tours intelligemment car dans l’introduction de celui-ci, Martin explique qu’il aurait pu s’en sortir s’il avait eu Malcolm à ses côtés pour se débarrasser des corps et être innocenté. Tout cela permet ainsi de faire évoluer l’histoire d’une certaine façon et donc le « et si » Martin n’était jamais allé en prison et était donc toujours libre. Le casting a toujours été une des forces de Prodigal Son et je dois avouer que cet épisode le démontre une fois de plus.

 

Cet épisode permet aussi de jouer certaines scènes que l’on n’aurait pas eu en dehors de l’esprit de Malcolm. Notamment la relation entre Malcolm et Dani. En sortant Martin de sa prison, Prodigal Son parvient aussi à créer une dynamique originale qui change. Bien que cela ne soit qu’un rêve, Martin est parfait sur le terrain avec son fils. La relation entre les deux délivrent de sacrées lignes de dialogues amusantes. A la fin, on comprend que Malcolm aurait été quelqu’un de totalement différent si son père n’avait pas été arrêté ou un meurtrier. C’est ce que Martin a pu faire qui a influencé les choix de carrière de Malcolm et notamment son envie d’analyser les comportements. Prodigal Son aime retourner le cerveau de ses téléspectateurs mais c’est aussi tout ce que j’aime. Si les réalités alternatives peuvent parfois être des occasions manquées, Prodigal Son fait ici quelque chose d’intelligent. Surtout que le cliffangher de fin est un sacré retournement de situation. Je me demande ce que la série compte faire de Ainsley mais cela me fascine et j’ai hâte de voir la suite.

 

Note : 7/10. En bref, une fois de plus Prodigal Son brille par sa façon de plonger dans l’esprit torturé de son héros.

Prochainement sur TF1

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article