Critiques Séries : Snowpiercer. Saison 2. Episode 4.

Critiques Séries : Snowpiercer. Saison 2. Episode 4.

Snowpiercer // Saison 2. Episode 4. A Single Trade.

 

Parfois, lorsque l’on persévère avec une série on est récompensés et c’est ce qui se passe avec Snowpiercer. L’épisode précédent était très solide et celui-ci démontre que la saison est sur la bonne voie. L’arrivée de Big Alice a changé pas mal de choses dans l’univers de Snowpiercer. Après la bataille gagnée à l’issue de la première saison, Big Alice a rebattu les cartes mettant ainsi en place la peur pour les uns et l’espoir pour les autres. La présence de Wilford se fait ressentir et parvient à installer quelque chose depuis deux épisodes qui s’impose comme une vraie direction pour la saison. Un personnage a été bouleversé par ce changement depuis le début de la saison : Audrey et cet épisode va encore plus loin ce qui permet de creuser intelligemment ce que pensent les personnages en prenant son temps. Snowpiercer est bien meilleure quand elle prend le temps de faire quelque chose et je dois avouer que cet épisode suit le bon chemin pour ça. Audrey a toujours été un personnage un peu étrange mais cet épisode suggère qu’elle s’entoure de certaines choses pour survivre.

 

« A Single Trade » est une occasion d’utiliser Audrey intelligemment et d’étudier le personnage autrement que tout ce que l’on a pu voir auparavant. Même le titre de l’épisode parvient à contenir l’émotion de la situation d’Audrey. Elle est tiraillée entre ses alliés et Wilford, rendant le choix d’autant plus intéressant pour le scénario. Elle souffre et en exacerbant certaines émotions, Snowpiercer devient une série plus intelligente. Ce qui a toujours fait la force de ce récit (et des séries en huis clos en général) c’est les personnages car ce sont eux qui font l’action. Il n’y a rien qui permet de sortir du Snowpiercer donc tout ce qui se passe dans ces wagons fait le récit. La façon dont les scénaristes utilisent ici les personnages est fascinante car c’est tout ce que j’ai envie de voir : la souffrance derrière ce qui devait être une occasion de sauver la vie de tout le monde. Lena Hall brille donc dans un épisode qui cherche à creuser un personnage qui méritait bien tout ça.

 

Ce que j’apprécie aussi avec cet épisode c’est le fait que Snowpiercer sort d’une certaine forme de mécanique qui l’avait parfois rendue molle ou moins passionnante dans la saison 1 (et dans l’épisode 2 de cette saison 2). En sortant des sentiers battus et déjà vus, la série sort enfin des évolutions intéressantes qui changent la dynamique et permettent de s’attacher beaucoup mieux à certains personnages. On peut alors ressentir un peu plus le matériel d’origine que dans la saison 1 et c’est tout ce que j’attendais de la part de la série.

 

On a appris cette semaine que Archie Panjabi (The Good Wife) rejoindra la saison 3 de Snowpiercer. On verra ce que son personnage donne mais j’ai hâte de la voir dans la série.

 

Note : 8/10. En bref, en délivrant enfin les émotions d’un personnage et en prenant son temps, Snowpiercer prouve une fois de plus qu’elle mérite d’exister.

Disponible sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article