Critique Ciné : Come True (2021)

Critique Ciné : Come True (2021)

Come True // De Anthony Scott Burns. Avec Julia Sarah Stone, Landon Liboiron et Skylar Radzion.

 

La plus grand réussite de Come True tient en son twist final. Je ne vais pas vous le révéler mais c’est un twist qui fonctionne terriblement bien. Come True nous plonge dans l’univers des cauchemars et de la thérapie du sommeil. Anthony Scott Burns (Notre Maison) qui a participé à Dans les hautes herbes de Vincenzo Natali (2019) nous plonge dans un film d’horreur qui prend son temps pour installer un climat d’angoisse, son récit et ses personnages. Cela permet de s’imprégner au mieux de ce qu’il veut nous raconter même si par moment il est aussi simple de décrocher malheureusement. En explorant les différents monstres terrifiants qui peuvent intervenir dans le monde des cauchemars, Come True parvient aussi à créer quelques jump-scares plutôt efficaces (dont un arbre de bras et de jambes qui déboule dans les couloirs de cet hôpital). Le film est intelligent, peut-être pas aussi intelligent qu’il ne veut en donner l’impression mais il y a quelques bonnes idées qui trouvent leur salut dans ce film du début à la fin et permettent de donner l’envie frénétique de comprendre ce que l’on voit à l’écran.

 

Sarah, une lycéenne en crise, fait des cauchemars récurrents. Elle décide de sécher les cours et s’enfuit de chez elle. Elle accepte alors de participer à une étude universitaire sur le sommeil qui lui permettra de trouver un lieu où dormir et subvenir à ses besoins. Espérant que ses mauvais rêves disparaissent, elle va devenir involontairement l’instrument d’une découverte terrifiante.

 

Car il faut attendre le twist final pour comprendre tous les recoins de cette aventure. D’un point de vue purement créatif, Come True a de bonnes idées et Anthony Scott Burns tente de les mettre en scène de façon assez sympathique sans trop forcer. Peut-être qu’avec des fulgurances visuelles le film aurait été meilleur (ou moins bon). En suivant le « slow-burn horror » qui pour moi a été popularisé par le brillant It Follows il y a quelques années de ça, Come True suit un schéma qui change de ce que l’on voit dans le cinéma d’horreur. Il installe son climat, ses personnages avant de réellement nous plonger dans ce qu’il y a de plus terrifiant ici. Le dernier bon film du genre reste Relic (2020) mais le réalisateur du sympa Notre Maison (2018) reprend un peu ce qu’il avait déjà fait précédemment tout en ajoutant des éléments plus intelligents et donc une réflexion totalement différente. Du coup, on s’ennuie au creux de la vague et il faut attendre la fin du film pour se réveiller complètement. C’est presque une métaphore insérée par dans la mise en scène du récit. Mais Julia Sarah Stone, héroïne ici du film, parvient à tenir sa barque suffisamment pour ne pas nous laisser nous évader dans les bras de Morphée.

 

Note : 5/10. En bref, un film intelligent au twist final surprenant mais qui échoue parfois à tenir un rythme et peut donc donner cette impression de décrocher régulièrement.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article