Critiques Séries : Servant. Saison 2. Episode 8. Loveshack.

Critiques Séries : Servant. Saison 2. Episode 8. Loveshack.

Servant // Saison 2. Episode 8. Loveshack.

 

Si je dois avouer que j’imaginais Servant arriver au bout de son histoire cette saison, « Loveshack » vient prolonger le récit autrement et apporter de nouveaux points de vue et une toute nouvelle dynamique. Chaque semaine, Servant devient de plus en plus étrange. Ce qui me fascine avec cette série c’est sa capacité à nous questionner afin que l’on devine ce qui va bien pouvoir se passer par la suite pour mieux nous prendre au piège. Cet épisode commence sur une scène de Leanne qui regarde des anciens enregistrements de Dorothy à la télévision. On voit à l’écran Dorothy interviewer une jeune fille qui s’appelle… Leanne. Est-ce que Dorothy aurait rencontré Leanne auparavant ? Si cette scène d’ouverture a un angle plus simpliste que celles des épisodes précédents, je dois avouer que cela m’a encore plus perturbé. Servant n’a de cesse de lier tous les personnages et toutes les histoires de façon fascinante, sans que l’on ne se rende réellement compte.

 

Les confidences de Leanne à Julian sont intéressantes mine de rien. La façon dont les deux vont petit à petit se rapprocher l’un de l’autre est un grand moment car c’est une fois de plus la démonstration que Servant évolue dans de nouvelles directions. Tout cela en plus de George qui se trape la tête contre un mur des Turner sur fond de ‘Loveshack’ la chanson qui donne son nom à cet épisode. Il y a encore pas mal de mystères non résolus de cette saison 2 et plus on avance moins j’ai l’impression que l’on arrive aux termes de la saison. La façon dont George évolue par exemple n’a eu de cesse de me perturber tout au long de l’épisode. Mais il en va de même pour Julian et Leanne. A côté de ça, nous avons l’arrivée de Roscoe, le détective privé que Sean et Julian ont engagé dans le dos de Dorothy afin d’enquêter sur le passé de Leanne.

 

Si Dorothy avait les choses sous son contrôle à un moment, elle semble ne plus comprendre tout ce qui se passe autour d’elle et moi non plus. Cet épisode est donc une occasion en or de continuer à percher le téléspectateur dans des histoires saugrenues mais palpitantes. D’ailleurs, Isabella Eklöf (qui avait déjà réalisé l’excellent Espresso) continue de créer un environnement pesant où tout peut arriver. Servant n’est pas une série qui se repose sur les jump-scares mais clairement sur l’atmosphère terrifiante qu’elle laisse au téléspectateur. La fin de cet épisode est d’ailleurs parfaite pour dire au téléspectateur : vous n’avez clairement pas compris cet épisode et le prochain est nécessaire pour avoir plus d’informations. L’échange entre George et Leanne est aussi terrifiant qu’étrange mais je me demande clairement si Servant ne va pas embrasser un peu plus son côté surnaturel.

 

Note : 8/10. En bref, Servant n’a de cesse de nous retourner le cerveau avec une efficacité dont beaucoup de séries de genre devraient être jalouses.

Disponible sur Apple TV+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article