Critiques Séries : Big Shot. Saison 1. Episode 2.

Critiques Séries : Big Shot. Saison 1. Episode 2.

Big Shot // Saison 1. Episode 2. The Marvyn Korn Effect.

 

Big Shot suit clairement un schéma très proche de ce que l’on peut attendre du Disney world. Ce que j’apprécie avec la série de David E. Kelley c’est le fait qu’elle veuille aborder des sujets complexes et plus adultes que d’autres séries pour ados que l’on a pour habitude de voir. Pour autant, cela ne veut pas dire que c’est exceptionnel non plus. La légèreté du récit permet à Big Shot d’être agréable à suivre et de convenir parfaitement à John Stamos. Ce dernier est à l’aise dans ce rôle de coach d’une équipe de basket d’un lycée et c’est là dessus que la série se repose. Pour autant, ce second épisode donne une place plus importante aux autres ce qui est une très bonne idée. On apprend alors à connaître les filles de l’équipe mais aussi comment les collègues professeurs prennent l’arrivée de leur nouveau coach. Le fait que l’on apprenne à mieux connaître tous les personnages permet à cet épisode d’être beaucoup plus intéressant que le premier. Le premier n’avait pas le temps de s’attarder sur la vie des jeunes filles ni même le lycée en lui-même.

 

Big Shot n’est pas une série qui gagne pour autant des points pour l’originalité. Tout ce que l’on voit pour le moment a déjà été fait dans d’autres séries et dans le registre du sport, je dois avouer que je préfère réellement Ted Lasso (Apple TV+). Cette dernière sait être touchante, attachante contrairement à Big Shot qui ne réussit pas encore à m’attacher autant que je pourrais le souhaiter aux personnages. David E. Kelley retrouve par moment ici ses années Boston Justice avec le côté très léger et plus amusant que toutes les séries qu’il a pu créer ces dernières années. Derrière Big Shot se cache tout de même une sorte d’accumulation des clichés du genre pour mieux s’en amuser. Korn est un coach qui a ses défauts et qui doit apprendre à mettre de côté tout ce qu’il a pu faire de mal par le passé. Ce n’est pas facile mais Big Shot est une sorte de parcours psychologique pour le héros où il doit apprendre à passer outre ses préjugés. La façon dont Korn parvient à rapidement embrasser le côté plus sensible de son équipe de basket (et par la même occasion montrer lui aussi ses faiblesses) est une bonne idée.

 

La relation avec les autres profs est une autre histoire. Cela me rappelle d’autant plus Boston Justice. Il y a la volonté claire de nous amuser avec tout ce beau monde et de nous faire passer de bons moments. Big Shot n’est pas exceptionnelle mais elle a le mérite d’être suffisamment agréable à suivre pour que l’on ait l’envie de poursuivre l’aventure. Stamos est par moment l’élément le moins intéressant et cela ne vient pas de l’acteur mais de son personnage. Cet épisode est meilleur car il donne de la visibilité aux autres qui sont bien plus attachants et touchants que le vrai héros de l’histoire.

 

Note : 6/10. En bref, Big Shot a encore un travail important à faire pour devenir aussi passionnante qu’elle pourrait l’être mais cet épisode permet d’aller dans la bonne direction.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article