Critiques Séries : Cruel Summer. Saison 1. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : Cruel Summer. Saison 1. Episodes 1 et 2.

Cruel Summer // Saison 1. Episodes 1 et 2. Pilot / A Smashing Good Time.

 

Parfois, Freeform propose des séries aux thématiques certes adolescentes mais avec des éléments plus riches et plus profonds que ce que l’on a pour habitude de voir avec leurs séries. Cruel Summer est une série qui peut rappeler d’autres du genre alors que la psychologie des personnages est ici bien plus mise en avant que toute la superficialité d’un genre éculé. Bert V. Royal (Easy-A) nous plonge dans les années 90 avec une bonne dose de nostalgie et des personnages avec des secrets qui petit à petit vont influencer le récit et son évolution. Au début de Cruel Summer nous rencontrons Jeanette Turner qui vête ses 15 ans. Elle semble être une jeune fille comme les autres qui vont passer du temps avec ses meilleures amies Vince t Mallory. Elle est jalouse de la fille populaire du lycée, Kate Willis et convoite le petit ami de cette dernière, Jamie Henson (incarné par Froy Gutierrez vu dans Teen Wolf). Une année plus tard alors que Jeanette a 16 ans, elle a pratiquement récupéré la vie de Kate : ses amis et son petit ami alors que Kate a disparu. Elle s’est même éloignée de Vince et Mallory. Tout cela est suffisamment suspicieux car on ne sait pas encore comment Jeanette est arrivée là. L’année suivante (en 1995), Jeanette a 17 ans et les choses deviennent tout d’un coup plus sombres et Jeanette devient la risée de tous.

 

Durant trois étés dans les années 90 : une adolescente belle et populaire disparaît et une autre adolescente, timide et maladroite et sans lien apparent avec la première, devient soudainement l’icône de la ville avant de se transformer en la personne la plus méprisée de l’Amérique.

 

Cruel Summer ne veut pas tout nous révéler d’un coup. Si le premier épisode introduit les personnages et les époques, c’est dans le second que l’on commence à cerner un peu plus ce qui se passe et surtout le but même de la série. A l’issue du second épisode, Cruel Summer introduit un twist intéressant avec la place d’un personnage curieux. Dans un sens, je ne sais pas si au fond l’héroïne est réellement Jeanette. Si le premier épisode est intégralement centré sur elle, Kate revient plus tard et c’est là que les choses changent. Le fait que le récit soit divisé en différentes époques permet de voir l’évolution des personnages sans que cela soit fait de façon trop mécanique. Cela peut apparaître comme un gimmick d’une certaine façon (et l’inspiration ne doit pas être loin de This is Us) mais le fait que l’on passe d’une époque à l’autre rapidement à chaque fois permet de donner un vrai rythme alors que le récit ne veut clairement pas tout nous dire tout de suite.

 

Une bonne série avec des mystères doit créer une dynamique et les changements d’époque dans chaque épisode est une belle occasion de le faire. Les multiples reprises de Zombie des Cranberries est parfait pour  se replonger dans l’adolescence. La musique a d’ailleurs un rôle à jouer dans l’aspect le plus nostalgique de Cruel Summer au delà des chats sur MS DOS, du modem 56k, du téléphone fixe. Tout ça nous ramène dans un temps révolu mais qui est intéressant. Aujourd’hui, les séries pour ados se reposent énormément sur les réseaux sociaux et en oublient ainsi la psychologie des personnages. Le fait qu’il n’y ait pas les téléphones portables, Instagram ou Snapchat permet justement de voir autrement le récit pour ados. Dans Cruel Summer ce sont vraiment les personnages qui comptent avant les discussions qu’ils peuvent échanger ici et là.

 

Au delà de ça, je ne trouve pas la série encore attachante. Le récit est intéressant mais les personnages ne sont pas encore suffisamment attachants à mes yeux. Le casting est bon et la mise en scène assez classique mais j’ai besoin de m’attacher aux personnages. Surtout dans une série pour adolescents comme celle-ci. Et pour le moment, ni Kate, ni Jeanette arrivent à être des personnages que l’on aime détester ou que l’on aime suivre dans des aventures. J’espère donc que Cruel Summer saura corriger tout ça en révélant plus d’ingrédients dans les futurs épisodes.

 

Note : 5.5/10. En bref, une série qui a ses qualités et se repose sur une mécanique assez intéressante mais qui oublie (pour le moment) de rendre certains personnages attachants.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article