Critiques Séries : The Nevers. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : The Nevers. Saison 1. Pilot.

The Nevers // Saison 1. Episode 1. Pilot.

 

Joss Whedon (Buffy contre les vampires, Avengers) est probablement l’un des créateurs les plus prévisibles. The Nevers n’offre rien de neuf et recycle du vieux en espérant que le tout tienne la barre. On retrouve donc des jeunes femmes héroïnes avec des éléments surnaturels et les responsabilités qui vont avec. The Nevers n’offre rien de neuf sous le soleil et en plus de ça, je ne peux pas vraiment dire que cela soit exceptionnel. Ce premier épisode, d’une durée bien trop longue, installe des personnages et des intrigues avec les gros sabots et dans une ambiance visuelle pas vraiment reluisante. Ce « flou artistique » dans le visuel donne l’impression parfois que la caméra n’arrive pas à absorber la lumière et créé alors l’effet cul de bouteille qui rend la série visuellement laide. Si Joss Whedon a quitté la série qu’il a créé après ce premier épisode, il a été rapidement remplacé donc j’ai presque espoir que cela puisse devenir un truc moins vaseux dans les prochains épisodes. Je me demande si la série pourra évoluer en mieux et loin de dialogues parfois ridicules ou de personnages aussi flous que le visuel.

 

Dans les dernières années de l’époque victorienne, la ville de Londres est assaillie par les "Touchées" : des personnes (principalement des femmes) qui se retrouvent soudainement dotées d’aptitudes extraordinaires. Certaines sont charmantes, d’autres très dérangeantes... Amalia True, une mystérieuse veuve au coup de poing un peu trop facile, et Penance Adair, une jeune et brillante inventrice, sont toutes deux à la tête de cette élite. Elles créent alors un foyer pour les "Touchées", tout en combattant les forces de Mal, pour faire de la place à celles et ceux que l'Histoire, telle que nous la connaissons, aimerait oublier…

 

Tout commence avec une histoire qui donne l’impression d’être liée aux aliens. Puis nous sommes trois ans plus tard, en 1899, et Londres a vraiment changé. Les gens qui ont été touché par l’évènement trois ans plus tôt commencent à développer des capacités surnaturelles. Dans un sens, il y a quelque chose d’intéressant dans le point de départ de The Nevers et notamment le Londres de l’époque victorienne. C’est un décor original pour une série qui n’a rien d’original. J’ai comme l’impression que la série gâche constamment son potentiel dans des éléments narratifs ennuyeux et des personnages qui ne sortent pas des carcans habituels. La personnalité des héroïnes aurait pu être intéressante mais le scénario ne semble pas aller au delà de l’aspect prévisible de la série. Joss Whedon donne ainsi l’impression d’avoir écrit ça car on lui a demandé de créer une série, sans avoir la créativité nécessaire pour faire quelque chose de surprenant. Le fait qu’il y ait plein de personnages dans tous les sens ne permet jamais de développer les personnages. Tout est ainsi superficiel et s’enchaîne sans véritable saveur. Je m’attendais tout de même à un premier épisode plus cossu et moins ennuyeux alors qu’il dure une éternité et que le scénario avait ainsi le temps de réellement donner aux protagonistes de quoi accrocher le spectateur.

 

Note : 4/10. En bref, l’idée est bonne mais c’est superficielle à souhait et filmé avec les pieds.

Disponible sur OCS US+24

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Fabien 12/04/2021 18:34

Tout à fait d'accord !