One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 10), Chicago Fire (Saison 9, épisode 10) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 10)

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 10), Chicago Fire (Saison 9, épisode 10) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 10)

Chicago Med // Saison 6. Episode 10. So Many Things We’ve Kept Buried.

 

Les épisodes s’enchaînent et se ressemblent. En effet, cette semaine nous avons de nouveau un conflit entre Will et Choi (mais pour une fois sans Dean dans les parages pour aggraver la situation). Dean ne m’a pas manqué dans cet épisode mais je dois avouer que c’était assez étrange. Je pense que les scénaristes n’avaient pas besoin de lui. Plutôt que de se concentrer sur les simagrées de chacun, Chicago Med se concentre sur ses personnages et je dois avouer que c’est une très bonne nouvelle. Je préfère l’aspect médical de la série que les problèmes d’égo de chacun des personnages qui par moment sont redondants et ennuyeux. Bien entendu, il y a aussi des trucs qui ne font pas évoluer grand chose. Je pense notamment à l’histoire d’Ethan qui semble avoir une sorte de relation amicale avec le Dr Veroni (et je sens que cela risque bien d’évoluer différemment par la suite). Je n’ai pas envie de voir Choi et Will commencent à se battre d’un point de vue romantique. Déjà que c’est épuisant sur leur lieu de travail…

 

Le problème de Chicago Med c’est qu’elle a vraiment du mal à renouveler ses personnages et ils sont donc tous coincés dans une mécanique répétitive. C’est comme si personne ne se concertait dans la salle d’écriture de la série et que tout le monde avait la même idée quant à l’évolution de la relation entre Will et Choi. Le fait que la série soit absente par moment pourrait rendre les scénaristes plus enclins à créer des histoires différentes car le seul avantage ce sont les cas médicaux cette semaine. Les personnages à côté sont tous un peu en train de botter en touche, comme s’ils étaient bloqués et les faces à faces sur la façon de traiter les patients entre Choi et Will n’ont strictement aucun intérêt. Depuis un bout de temps c’est même l’une des faiblesses de Chicago Med tant cela donne cette impression que la série est incapable d’aller de l’avant et ces deux personnages d’évoluer.

 

Nous avons aussi l’histoire de Marcel. Il y a une légère révélation qui parvient à apporter un développement au personnage. J’aurais largement préféré que Chicago Med se concentre sur sa culture persane que de voir encore et encore les mêmes personnages se faire face. Il y a une richesse à explorer chez les autres personnages et ils sont remisés dans des petits coins de chaque épisode. Par chance aussi, l’histoire de Brian et des cauchemars a apporté une autre dimension à l’épisode et surtout a amené l’épisode vers une révélation beaucoup moins prévisible.

 

Note : 5/10. En bref, quand la série plonge réellement dans le domaine médical alors c’est tout de suite plus sympathique que cette sempiternelle rivalité épuisante entre Choi et Will sur la façon de traiter les patients.

 

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 10), Chicago Fire (Saison 9, épisode 10) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 10)

Chicago Fire // Saison 9. Episode 10. One Crazy Shift.

 

Avec un service rythmé et des personnages au rendez-vous, Chicago Fire délivre tout ce que l’on a envie de voir dans la série. Notamment autour de Casey. Si je ne suis pas fan des romances qui tournent autour du personnage, je dois avouer que parler de sa propre existence et du personnage en soi permet d’apporter quelque chose d’intéressant à l’épisode. Casey est un peu bête et je comprends son dévouement mais il réalise enfin que sa blessure à la tête est problématique. Il commence enfin à comprendre que cela met en danger sa propre vie mais aussi ses collègues. J’ai bien aimé le fait que cette histoire permette aussi de mettre en avant Gallo un peu plus. Le jeune pompier est un bon personnage et son arrivée a permis de faire quelque chose d’intéressant. Le fait que la série ramène le sujet de la blessure de Casey est une occasion de prouver que les scénaristes n’ont pas oublié le passé de la série et qu’ils peuvent créer des conséquences intéressantes sur l’évolution des personnages.

 

Je comprends aussi le point de vue de Casey qui, s’il avait dit tout ça, se serait probablement retrouvé derrière un bureau et sa carrière de terrain aurait alors été écourtée. Le dévouement du personnage est probablement ce que la série fait de mieux avec lui. A côté de ça, l’histoire de Brett continue de m’ennuyer terriblement. La série se concentre sur ses romances à deux francs six sous et ce n’est pas ce qu’elle fait de mieux. Je préfère largement l’arrivée de Violet. Elle semble être là pour un moment et c’est une bonne chose que d’apporter du sang neuf dans la série. Je me demande ce que la série va bien pouvoir faire avec Gallo et elle car il y a du potentiel. Pour le reste, Chicago Fire nous délivre un épisode rythmé comme il se doit. Il se passe pas mal de trucs et des interventions il y en a à la pelle. C’est pour ce genre de séquences réussies que je suis Chicago Fire. Elle a un côté plus sérieux que 9-1-1 et ses cas souvent plus amusants. Cela permet de donner deux visions de l’univers des pompiers.

 

Je ne sais pas trop quoi attendre de la suite de la saison mais des intrigues commencent enfin à évoluer ce qui est plutôt rassurant. Après une entrée en matière assez ratée, la saison commence enfin à démarrer depuis quelques épisodes. Les intrigues sont plus intéressantes et les personnages mieux exploités. Je n’en attendais pas moins de la part de la série. Il y a même un peu d’humour grâce à Mouch. Ce dernier est l’un de ces personnages qui est capable de nous offrir des moments amusants qui détendent un peu l’atmosphère.

 

Note : 6/10. En bref, en mettant en avant les problèmes de Casey (et pas l’aspect romantique), Chicago Fire fait les choses bien.

 

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 10), Chicago Fire (Saison 9, épisode 10) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 10)

Chicago P.D // Saison 8. Episode 10. The Radical Truth.

 

Disco Bob a fait un sacré bordel dans « The Radical Truth ». En tout cas, j’ai toujours aimé les épisodes centrés sur Ruzek. Après une petite pause, la série revient avec l’un de ses meilleurs personnages sur le devant de la scène. Patrick Flueger est parfait dans son rôle et je dois avouer que les scénaristes nous le rende plutôt bien. Ce n’est pas une surprise que cet épisode était bon grâce à sa prestation mais l’histoire qui nous est racontée l’était tout autant. En ajoutant à cela l’histoire d’Adam, son fils, la série parvient à créer une jolie dynamique. Adam était capable de tout faire pour sauver Bob. Adam n’est pas naïf, il connait les vices de Bob dont il est directement aller avoir Benny en pensant que son père était attaqué pour ses problèmes de paris. On découvre qu’il a payé sa dette de 80 000 dollars en cash donc l’histoire nous amène petit à petit vers des révélations efficaces et soignées.

 

La façon dont est conduit l’épisode change aussi un peu de la dynamique habituelle de la série. Lorsque les intrigues touchent les personnages, forcément c’est tout de suite plus passionnant. Ruzek n’attend pas grand chose de son père, ni de ses erreurs passées mais il n’aurait jamais pensé son père capable d’emprunter de l’argent à un chef de gang afin de payer ses dettes. Je suppose que la relation entre Bob et Ruzek ne va pas vraiment s’améliorer après cet épisode. Mais c’était une bonne occasion pour chambouler un peu les aventures des personnages et donc énerver un peu Ruzek. Je ne savais pas quoi attendre de Chicago P.D mais je dois avouer que l’épisode monte rapidement en puissance et démontre la capacité des scénaristes à faire des choses intelligentes avec les personnages.

 

Je me demande ce que la suite de la saison va bien pouvoir nous proposer. Il y a pas mal de bons ingrédients ici et là qui donnent envie de voir évoluer un peu tout le monde dans cet univers de brutes. Par moment, les scénaristes donnent cette impression qu’ils donnent tout dans Chicago P.D alors que les deux spin off n’ont pas grand chose de neuf à nous offrir parfois.

 

Note : 7/10. En bref, Ruzek est toujours l’un de mes personnages préférés et cet épisode lui rend service parfaitement.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article