The Oval (Saison 2, épisode 7) : petits secrets sur l'oreiller

The Oval (Saison 2, épisode 7) : petits secrets sur l'oreiller

Tyler Perry’s The Oval // Saison 2. Episode 7. Hidden Secrets.

 

Par moment, The Oval n’est pas toujours en forme. Disons qu’elle fonctionne beaucoup sur les rebondissements saugrenus qu’elle met en scène et cet épisode est loin d’être une référence du genre. Le cliffangher de fin de l’épisode précédent n’était pas exceptionnel et certains personnages sont assez ennuyeux. Sharon par exemple notre pharmacienne. Toute cette histoire donne l’impression que les scénaristes n’arrivent pas à avancer. L’intrigue est assez médiocre comme elle est et en associant le tout à l’histoire du culte a bien du mal à décoller. Depuis le début de la saison, The Oval cherche à renouer avec Ruthless d’une façon ou d’une autre (la saison 2 de Ruthless a déjà commencé). Je me demande cependant si au fond Tyler Perry n’aurait pas dû intégrer les histoires de Ruthless directement dans The Oval plutôt que d’en faire un spin off. Sharon se fait prendre la main dans le sac, littéralement. Nancy a eu un enfant dont personne n’a entendu parler et elle ne veut pas dire qui est le père. Et elles jouent sur le fait que Barry et Richard sont les problèmes de l’histoire.

 

Ce qui fonctionne le mieux cette saison c’est Jason. Ce dernier est tellement cinglé que cela colle parfaitement avec ce que j’attends de The Oval. La série aime les personnages tordus et l’idée de coller une psychologue à Jason est parfait. Jason qui se masturbe devant elle et lui éjacule dessus démontre une fois de plus à quel point Tyler Perry est un sacré tordu. Mais j’apprécie que la série s’amuse avec des personnages et des intrigues de ce genre là car c’est assez fascinant pour bien des raisons. Cela me rappelle le moment où dans le premier épisode il se branlait dans les toilettes de l’avion avant de tuer sa grand mère. Daniel Croix est parfait car il en fait des tonnes dans le rôle de Jason et il est bien plus amusant qu’une bonne partie du casting qui traine la patte depuis le début. Car on ne peut pas dire que le casting est bon, tout le monde en fait des tonnes et vient rappeler de mauvaises telenovela par moment (coucou Nancy et Sharon !).

 

L’histoire de Donald et Kyle permet de parler d’homosexualité dans la série même si je trouve que cela ne décolle pas. A la fin de l’épisode précédent je m’attendais à ce que Kyle devienne un peu plus intéressant d’autant plus qu’il est lui aussi cinglé. Fort heureusement, le cliffangher de l’épisode vient ramener la série à la raison mais je doute qu’il se passe grand chose dans le prochain épisode compte tenu du rythme plus que lent de l’évolution des intrigues de la série. Certains personnages n’avancent pas vraiment et je trouve ça dommage. La série a le potentiel mais elle traine en longueur sur certaines scènes ennuyeuses.

 

Diffusée sur BET France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article