Critique Ciné : Voyagers (2021)

Critique Ciné : Voyagers (2021)

Voyagers // De Neil Burger. Avec Tye Sheridan, Lily-Rose Depp et Colin Farrell.

 

Avant toute chose, il est clair que Voyagers est une adaptation dans l’espace de Sa Majesté des Mouches. Plutôt que de mettre des enfants sur une île déserte, ils sont dans un vaisseau spatial en chemin vers une toute nouvelle planète à coloniser. Neil Burger (Limitless, L’illusionniste) reprend donc le précepte du roman de William Golding (1954) afin d’en faire une allégorie des temps modernes où la société court à sa perte et que le réchauffement climatique devrait nous conduire à chercher un nouveau chez soi potentiel. Il se trouve que dans Voyagers les humains ont trouvé une planète qui permettrait à l’espèce humaine de survivre sauf qu’il faudra 86 ans pour y parvenir. Dans Voyagers la stratégie est d’envoyer des enfants avec un capitaine adulte qui va leur inculquer des valeurs (en plus d’être aider par « the blue », une drogue qui les inhibe et contrôle leurs bas instincts). Mais que se passe t-il jusque tout le monde arrête de prendre le médicament ? Une bonne partie devient rebelle et le vaisseau un lieu sauvage.

 

Trente enfants sont envoyés dans l'espace dans le cadre d'une mission visant à peupler une planète récemment découverte. Mais le capitaine adulte de l'équipage décède dans des conditions mystérieuses. Les enfants sont alors livrés à eux-mêmes. Petit à petit, le chaos s'installe sur la planète.

 

Une grande partie de Voyagers se déroule dix ans après le départ de la Terre. L’équipage, né de parents et donneurs anonymes ont pour seul but de compléter la mission. Ils passeront leur vie sur le vaisseau et ne verront pour certains probablement pas la nouvelle Terre. Je dois avouer que dans le monde de la science fiction, le récit que nous raconte Voyagers est fascinant. Neil Burger ne cherche pas à faire de fulgurances de mise en scène et c’est probablement la meilleure chose qu’il pouvait faire. Il instaure à la fois le côté ultra clinique du vaisseau en ajoutant des éléments de tension, de thriller et de parfois aussi un peu plus horrifique. Le mélange des genres joue aussi sur la psychologie des personnages et c’est l’une des forces de ce récit. En regardant Voyagers, j’avais peur de tomber sur un film ennuyeux et finalement le casting et le récit parviennent à tenir le spectateur jusqu’au bout sans trop de difficultés. Ce qui est presque dommage c’est que ce n’est finalement qu’une sorte d’allégorie qui ne permet donc pas d’aller vraiment au delà du propos de départ (et de l’inspiration de base de Sa Majesté des Mouches).

 

Note : 5/10. En bref, une agréable surprise qui en reprenant clairement Sa Majesté des Mouches en version spatiale, Neil Burger tient un petit thriller de l’espace efficace.

Sortie le 26 mai 2021 au cinéma en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article