Critiques Séries : Big Shot. Saison 1. Episode 3.

Critiques Séries : Big Shot. Saison 1. Episode 3.

Big Shot // Saison 1. Episode 3. TCKS.

 

J’ai appris dans cet épisode ce que veut dire « TCKS ». C’est « Take Care Keep Safe ». Je dois avouer que j’étais un peu intrigué de savoir ce que cela voulait dire quand j’ai vu le titre de cet épisode avant de le lancer. Plus la saison 1 de Big Shot avance et plus je m’attache à cet univers pourtant simpliste. La série s’améliore et je crois aussi que Big Shot devient attachante et intéressante car l’on ne sait pas encore trop où est-ce qu’elle veut en venir. Jusqu’à l’épisode précédent je pensais encore que Big Shot serait une série sur le sport au lycée et que le but de la saison était de nous emmener vers un championnat. Mais un peu à la façon de Friday Night Lights, Big Shot est avant tout une série humaine sur ses personnages. Bien entendu il y aura des championnats mais ce n’est pas forcément ce sur quoi cet épisode se concentre. « TCKS » est clairement le meilleur épisode de Big Shot jusqu’à présent car il nous plonge un peu plus dans ce que ressentent les personnages sans nécessairement tomber dans le pathos à la guimauve très Disney.

 

La série en profite donc pour se concentrer sur la relation entre Korn et sa fille. Cela fait un moment qu’ils ne se sont pas vus et cet épisode est une occasion en or de resserrer les liens et permettre au téléspectateur de connaître un peu mieux leur relation. Etant donné qu’elle vient vivre avec son père, il fallait bien que l’on apprenne un peu plus de sa fille. Le conflit intégré à l’épisode entre le père et la fille est une façon intelligente de s’éloigner du récit de départ sans pour autant le laisser de côté. Big Shot se transforme en une série familiale, plus humaine et pas seulement une série de compétitions de basket. En plus de ça, la série s’attarde sur la relation afin de la rendre plus réaliste et pas tombant dans le surréalisme. Destiny est un personnage attachant bien que l’on n’ait pas encore tout appris d’elle pour le moment. Elle partage de bons moments et les instants père/fille sont clairement ce que la série fait de mieux ici.

 

Pour le moment j’ai encore un peu de mal à connaître tous les personnages de la série. Dans le genre, Big Shot se rapproche aussi parfois de Ted Lasso. La bienveillance de Big Shot est là et même si elle ne sera jamais de l’acabit de Ted Lasso, je dois avouer que j’apprécie vraiment ce que fait la série de Disney+ et j’espère la voir grandir encore. J’ai besoin de ce flot de bienveillance familiale et d’émotions en tout genre. La relation entre Korn et sa fille était l’épisode parfait pour me rendre impatient à l’idée de voir la suite de la saison.

 

Note : 6.5/10. En bref, plus Big Shot avance et plus elle devient une série attachante et touchante.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article