Critiques Séries : Station 19. Saison 4. Episode 15.

Critiques Séries : Station 19. Saison 4. Episode 15.

Station 19 // Saison 4. Episode 15. Say Her Name.

 

Ce qui me fascine dans les séries Shondaland ce sont ces monologues où les gens disent ce qu’ils pensent et apportent une vraie émotion à un épisode. Après deux épisodes centrés sur des personnages, Station 19 continue de jongler avec les conséquences que la mort de George Floyd a eu sur les membres de la caserne. Si pour nous cela fait un an depuis le meurtre de Floyd, Station 19 gère toujours les conséquences puisque le meurtre de Floyd a eu lieu il y a peu de temps. Cet avant dernier épisode de la saison se déroule durant le printemps 2020 mais tout cela ressemble encore à quelque chose qui aurait pu se dérouler il y a peu de temps. Barrett Doss est parfaite dans le rôle de Vic alors qu’elle doit faire face à l’attitude nonchalante de ses parents. Le monologue de Vic est brillant et fait partie de ces moments forts dont Station 19 a le secret. Malgré un début de saison assez catastrophique, la façon dont Station 19 a su se relever intelligemment d’un point de vue narratif dans la seconde partie de la saison est tout ce dont on pouvait rêver.

 

Pour Vic, ses parents sont plus intéressés par le destin de leur restaurant plutôt que l’état du monde dans lequel nos personnages vivent, surtout par rapport à sa place de femme afro-américaine sur le terrain. Station 19 n’est pas sans faire écho à l’histoire de Breonna Taylor, une ambulancière afro-américaine qui a été tuée par balle par des agents de la police de Louisville. Il y a un parallèle intéressant qui est fait avec le personnage de Vic car elle vient nous rappeler que comme Breonna, elle aurait pu elle aussi être assassinée par des policiers (qui s’en sont sortis dans le monde réel). De voir ses parents être aussi calmes après que des manifestants aient brûlé leur restaurant était quelque chose de fort. Vic est la vraie héroïne de cet épisode et Station 19 ne pouvait pas lui rendre meilleur hommage. Les émotions sont là, ne serait-ce qu’au moment où Vic découvre à quel point ses parents sont fiers de leur fille et de ce qu’elle a accompli. C’est beau et simple mais ça fonctionne et les émotions sont là.

 

Station 19 a toujours été une série mélangeant les personnages et leurs vies personnelles qui s’entrecroise souvent avec leur vie professionnelle, comme Grey’s Anatomy. C’est une vraie force de Station 19 et je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à cet épisode là. Ni même à être aussi touché. Surtout après l’épisode de la demande en mariage, je pensais que la série allait rester sur ces angle mignon et léger mais non, Station 19 nous remet dans le bain. Le fait que les parents de Vic n’aient jamais donné leur avis sur la dure réalité du monde simplement pour la protéger est beau. C’est un beau message sur la façon dont les parents doivent protéger leurs enfants des malheurs du monde, même si le point de vue de Vic se défend totalement aussi. Les parents font ce qu’ils peuvent pour leurs enfants et c’est ce que Anthony et Lenya ont fait pour Vic.

 

Dans un sens, le reste de l’épisode n’est pas aussi important que l’histoire de Vic mais Station 19 gère brillamment les conséquences de la mort de George Floyd et comment cela a pu avoir de telles conséquences sur la façon de penser des gens. Même l’histoire de la tradition grecque que Lenya donne à Vic était un autre de ces beaux moments qui font toute la force de la série. Je ne m’attendais pas à être aussi touché par Station 19 cette semaine mais j’ai pris une sacré claque en pleine figure.

 

Note : 9/10. En bref, Vic vient nous rappeler la dure réalité de ce monde dans un épisode aux belles émotions.

Prochainement sur TF1

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article